•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation contre les violences policières à Montréal  : deux arrestations

Des manifestants portent une banderole sur laquelle on peut lire «manifestation contre la brutalité policière. Pas de justice, pas de paix».

Deux personnes ont été arrêtées en marge de la manifestation contre les violences policières à Montréal, le 15 mars.

Photo : Radio-Canada

Delphine Jung

La traditionnelle manifestation contre les violences policières a réuni environ 300 personnes vendredi soir, d'après le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). Si l'événement s'est globalement déroulé dans le calme, on dénombre quelques actes de vandalisme isolés et deux personnes arrêtées.

Les manifestants ont répondu entre autres à l’appel du Collectif opposé à la brutalité policière et se sont retrouvés en fin de journée au croisement du boulevard De Maisonneuve et de la rue Guy.

Comme chaque année, le but de la manifestation est de « dénoncer les harcèlements, violences, intimidations, arrestations et abus de pouvoir policiers et d’informer les gens sur leurs droits face à la police », explique l’organisme dans un communiqué de presse.

Quelques dégradations ont toutefois entaché le rassemblement.

« Au moins une dizaine de véhicules et vitrines ont été vandalisés, notamment au croisement des rues Pell et Sherbrooke », détaille Jean-Pierre Brabant, relationniste de presse au SPVM.

Il rapporte que, dès 17 h, des projectiles ont été lancés contre les forces de l’ordre. « Aucun de nos agents et aucun manifestant n’a été blessé », assure M. Brabant.

Deux personnes ont également été arrêtées. L'une pour avoir commis des actes de vandalisme et l'autre pour avoir menacé un policier.

Grand Montréal

Faits divers