•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Garde côtière intervient pour retirer une cabane du Saguenay

On voit une cabane à pêche prise dans une épaisse couche de glace.
Cette cabane à pêche a été retirée du Saguenay par l'équipage du brise-glace NGCC Des Groseillers. Photo: Gracieuseté : Garde côtière canadienne
Claude Bouchard

La Garde côtière canadienne a dû procéder au retrait d'une cabane à pêche jeudi près de L'Anse-aux-Érables à Saint-Félix-d'Otis.

L’installation s’était retrouvée inondée par l’eau à la fin février.

Le propriétaire d’origine, Mathieu Morin, a expliqué à Radio-Canada qu’il a tenté pendant une journée complète de sortir sa cabane de cette situation mais en vain.

Il aurait ensuite vendu la cabane à un autre utilisateur pour la somme de 50 $.

Selon Mathieu Morin, l’acheteur disait avoir l’équipement nécessaire pour parvenir à enlever la structure des glaces.

Intervention du Des Groseillers

Jeudi, voyant que l’installation était toujours sur place quelques jours après la fin de la période de pêche blanche, le commandant du brise-glace Des Groseillers a décidé de procéder à son retrait.

Je ne trouvais pas ça très écoresponsable de laisser la cabane couler, partir à la dérive et que ça se retrouve dans l’environnement : des revêtements de style vinyle, PVC, des toits de tôle, des corniches en aluminium, des isolants de styromousse, etc., remarque le commandant du NGCC Des Groseillers, Michel Dufresne.

Le capitaine affirme que cela n’a pas retardé les opérations de déglaçage sur le Saguenay, puisque de toute façon, les vents n’étaient pas favorables pour que le bateau accomplisse ses tâches habituelles.

Ça a pris un peu moins de 2 heures, raconte Michel Dufresne. Le temps de faire l’approche avec le navire, d’envoyer mon personnel sur la glace, avec en réalité une scie de démolition. On a coupé la base au niveau de la glace pour être capables de récupérer tout ce qui est récupérable et qui n’était pas pris dans la glace.

La Garde Côtière rappelle que tous les usagers étaient au courant qu'ils devaient retirer leurs cabanes au plus tard le 10 mars.

Elle ajoute qu’il y a entre 1200 et 1500 cabanes à pêche chaque année sur le Saguenay.

Sachant d’avance, il n’a pas découvert ça en fin de semaine que sa cabane était irrécupérable. Je pense que des dispositions auraient pu être prises beaucoup plus rapidement et [qu'il aurait dû] se donner la peine de retirer son matériel

Michel Dufresne, commandant du NGCC Des Groseillers

D’autres cabanes retirées par les pompiers de Saguenay

Il ne s’agit toutefois pas de la seule histoire de cabane qui a nécessité l’intervention des services publics cette semaine.

Vendredi matin, des abris ont été enlevés des glaces par les pompiers de Saguenay en dehors des zones de villages balisés par la Ville.

Encore une fois, à la demande de la Garde côtière, il y a trois cabanes qu’on a dû aller retirer, reculer, parce qu’il y avait un risque pour leur sécurité, mentionne le chef de division à la sécurité incendie de la ville de Saguenay, Christian Fillion.

Ces installations ont été amenées à la fourrière.

Quant à la cabane récupérée par la Garde côtière, ce qu’il en reste devait être débarqué vendredi soir au quai de Grande-Anse.

Saguenay–Lac-St-Jean

Chasse et pêche