•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines de personnes rendent hommages aux victimes de Christchurch à Toronto

Une foule de personnes réunies devant l'hôtel de ville, dont une femme au premier plan qui tiennent une pancarte avec écrit « unis contre l'islamophobie ».

Des centaines de personnes réunies à l’hôtel de ville de Toronto pour une veillée à la chandelle en hommage aux victimes de la fusillade en Nouvelle-Zélande.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Morissette

Radio-Canada

Une veillée se tenait vendredi soir à Toronto en hommage aux victimes des attaques perpétrées plus tôt en journée en Nouvelle-Zélande, dans deux mosquées de la ville de Christchurch.

Malgré la fraîche pluie printanière, ils étaient des centaines vendredi soir, à s’être rassemblés dans une ambiance triste et solennelle à la place Nathan Philips, devant l’hôtel de ville de Toronto.

Des gens sont rassemblés à l'hôtel de ville de Toronto et tiennent des pancartes.

Des Torontois ont tenu une vigile en l'honneur des victimes tuées dans les fusillades survenues à Christchurch en Nouvelle-Zélande, le vendredi 15 mars.

Photo : Radio-Canada / Jean-François Morissette

Plusieurs personnes ont pris la parole pour dénoncer ces actes de cruauté, condamner l’islamophobie et rappeler que ces actes haineux sont liés aux discours haineux.

Khadija Hajji Laamouri dit avoir été bouleversé en apprenant ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande. Selon elle, il est important de dire non à l’intolérance et à l’islamophobie.

Une jeune femme répond au micro de Radio-Canada.

Khadija Jaiji Laamouri dit avoir été bouleversé en apprenant ce qui s’est passé en Nouvelle-Zélande.

Photo : Radio-Canada / Claude Beaudoin

Pourquoi cette haine? Est-ce qu’il faut en rire, est-ce qu’il faut en pleurer, est-ce qu’il faut crier? Je pense qu’il faut dire stop à la haine, que l’on soit musulman, juif, protestant, de n’importe quelle religion, de n’importe quelle race. On doit vivre ensemble.

Aujourd’hui, la jeune femme raconte avoir eu du mal à faire ses taches quotidiennes, suite à la tragédie.

D’habitude, je suis une personne qui parle énormément, mais là je ne sais pas quoi dire. Je suis écœurée, je suis dégoutée par tant de haine

Khadija Jaiji Laamouri

En allant à la prière du vendredi, j’étais un peu inquiet, confie pour sa part Warsami Rijal

Cet événement doit permettre de faire réfléchir la communauté, pas seulement musulmane, mais de tout le monde, sur la présence d’idées extrémistes qui peuvent blesser des gens, pense quant à lui Sohal Sunny.

Aller plus loin que des vigiles

L’une des organisatrices, Alexa Gilmour, croit qu’il est important de réfléchir en tant que communauté sur les gestes qui ont été posés en Nouvelle-Zélande.

Les vigiles ne sont pas suffisantes. Nous en avons déjà tenu trois cette année. Dans les jours qui viennent, nous devons avoir de franches discussions sur l’islamophobie et la suprématie blanche, avance-t-elle.

Le ministre de l’Immigration, Ahmed Hussen, avoue également qu’il faut faire plus pour contrer l’islamophobie : Nous devons faire de notre mieux pour combattre la terreur, combattre l’intolérance, et que nous allions plus loin que de tenir des vigiles, bien qu’elles soient importantes.

La vigile a commencé vers 19 h et s’est terminée environ une heure plus tard.

Avec les informations de Jean-François Morissette

Toronto

Engagement communautaire