•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jason Kenney réfute les allégations de financement illégal

Avec de nombreux supporteurs derrière lui, Jason Kenney qui porte un costume-cravate se tient devant un podium.

Jason Kenney s'adresse à une foule de 500 personnes à Edmonton.

Photo : Radio-Canada / Scott Neufeld

Radio-Canada

Le chef du Parti conservateur uni, Jason Kenney, balaie du revers de la main l'ouverture d'une enquête par la GRC sur des allégations de contributions financières illégales durant la campagne à la direction de ce parti.

« Notre campagne à la chefferie du parti a suivi toutes les règles et les lois sur les finances. [...] Quand nous avons entendu les rumeurs des problèmes avec la campagne de Jeff Callaway, j'ai demandé à mon équipe s'ils étaient au courant des enjeux, des problèmes, et personne n'était au courant là-dessus », a expliqué Jason Kenney vendredi.

Pour la première ministre Rachel Notley, les allégations sont très sérieuses.

« S’il s’agissait de quelqu’un d’autre, il serait le premier à dire que cette personne n’est pas apte à être premier ministre », a lancé Rachel Notley.

Elle ajoute que Jason Kenney, qui multiplie les annonces préélectorales et qui souhaitait un déclenchement rapide des élections, voulait peut-être enterrer les allégations avant le scrutin.

« Je crois qu’il espérait probablement que les élections seraient finies avant que ces informations ne soient rendues publiques », a ajouté la première ministre.

Pour le politologue du campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta Frédéric Boily, ces révélations pourraient être très dommageables pour le Parti conservateur uni.

« Ce genre d'affaires a le potentiel de ternir l'image de Jason Kenney si des liens formels sont montrés entre cet ancien candidat et Jason Kenney. Surtout à l'aube d'une campagne électorale, ce n'est pas ce qu'il aurait voulu sur la scène politique », lance-t-il.

« Le problème, c'est de savoir s'il y a eu une entente formelle, comme on l'a laissé entendre avec un supposé enregistrement, où là on entendrait les deux s'entendre », explique Frédéric Boily. « Est-ce qu'il y a eu de l'argent qui a passé d'une campagne à l'autre? C'est là où ça devient beaucoup plus problématique pour les conservateurs et si jamais il y avait des liens formels révélés, là ce serait beaucoup plus dommageable. »

Lors de la course à la direction du Parti conservateur uni en 2017, Jeff Callaway était candidat. Il s'est rangé derrière Jason Kenney trois semaines avant le vote.

Notre dossier sur les élections provinciales 2019 en Alberta

Alberta

Politique provinciale