•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rafael Lozano-Hemmer, un artiste engagé et spectaculaire

Une femme touche des senseurs qui produisent de la lumière.
L'œuvre de Rafael Lozano-Hemmer Pulse Room à La Constancia Mexicana, dans la ville de Puebla, au Mexique Photo: Alejandro Biazquez, avec l'aimable permission de l'artiste.
Cecile Gladel

L'artiste canado-mexicain Rafael Lozano-Hemmer peut être qualifié de spectaculaire, mais il est surtout un artiste reconnu pour son utilisation de la science et des nouvelles technologies dans le but de faire réfléchir les spectateurs.

L’utilisation de la technologie en arts visuels permet aussi de créer des expériences pour les spectateurs, souvent à l’extérieur, dans la rue ou même sur des plages.

Rafael Lozano-Hemmer, présenté par le Musée d’art contemporain de Montréal pour l’exposition Présence instable, fait partie des huit finalistes du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal.

« Tout son travail est basé sur l’interaction avec le spectateur, il fait vivre des expériences. Il est très spectaculaire et ses expositions sont souvent à très grand déploiement, mais ce n’est pas pour créer un spectacle ou de l’effet, c’est pour capter le spectateur pour l’amener à réfléchir autrement. Dans son travail, il y a toujours un aspect un peu critique de ces technologies », explique Lesley Johnstone, chef des expositions et de l’éducation au Musée d'art contemporain de Montréal (MAC), et co-commissaire de l’exposition Rafael Lozano-Hemmer – Présence instable.

Elle raconte qu’une de ses expositions interactives, Articulated Intersect, a eu lieu sur la place des Festivals, à Montréal.

C’étaient des faisceaux de lumière que les visiteurs pouvaient actionner pour se mettre en contact avec un autre visiteur qui était à l’autre bout de la place. C’est souvent ce genre d’art public qui est un peu démesuré. On voyait les lumières à des kilomètres, à Montréal.

Lesley Johnstone, chef des expositions et de l’éducation au MAC

Cependant, cet artiste a aussi des œuvres plus petites et discrètes. D’autres sont moins technologiques, mais tout aussi interactives. Parfois les œuvres sont créées par une interaction entre un être humain et une technologie.

L’artiste Rafael Lozano-Hemmer, qui porte des lunettes et une barbe, pose devant une de ses œuvres.L’artiste Rafael Lozano-Hemmer Photo : Radio-Canada

L’artiste utilise aussi ses œuvres à des fins politiques. « Au Mexique ou à La Havane, il utilise les technologies pour donner la parole à des personnes qui ne l’ont pas dans leur société », ajoute Lesley Johnstone.

Les visiteurs aiment bien les différents types d’expériences que font vivre les œuvres de Rafael Lozano-Hemmer.

Le contenu politique passe bien par notre propre implication dans les œuvres. Il y a aussi quelque chose de ludique que les enfants apprécient.

Lesley Johnstone, chef des expositions et de l’éducation au MAC

L’installation complexe des œuvres de l’artiste a été facilitée par la proximité du studio de Rafael Lozano-Hemmer à Montréal. « Ça prend une grosse infrastructure de filage, d’ordinateurs et de caméras », reconnaît la chef des expositions du MAC.

L’exposition voyage et sera bientôt présentée à Monterrey, au Mexique, et à San Francisco, aux États-Unis.


Cinq œuvres marquantes de Rafael Lozano-Hemmer


Pulse Spiral (Nouvelle fenêtre) (Pulsations en spirale), 2008

L’artiste a créé plusieurs œuvres du même type avec l’idée de capter les fréquences cardiaques pour activer des lumières.


Vicious Circular Breathing (Respiration circulaire vicieuse), 2013

C'est une sorte de machine à respirer qui est impressionnante par sa taille.

On entre dans une cabine en verre, un environnement fermé. Les respirations de toutes les personnes qui y entrent restent à l’intérieur. C’est une de ses plus grandes œuvres sur le plan de l’espace, à l’intérieur.

Lesley Johnstone, chef des expositions et de l’éducation au MAC

Zoom Pavilion (Pavillon d’amplification), 2015

Conçue en collaboration avec Krzysztof Wodiczko, un artiste très engagé politiquement, cette œuvre capte l’image du visiteur avec trois types de caméras. C’est une référence à toutes les caméras qui enregistrent notre image pour les centres de données dans la vie de tous les jours.

Des personnes regardent des images d'elles-mêmes projetées sur un mur en temps réel.Vue de l'œuvre Zoom Pavilion, de Rafael Lozano-Hemmer, au Art Basel, en Suisse Photo : Sebastiano Pellion

Sphere Packing: Bach (Empilement sphérique : Bach), 2018

Il s'agit d'une série de plusieurs œuvres.

Ce sont des boules faites de divers matériaux dans lesquelles l’artiste a comprimé toutes les compositions de compositeurs comme Mozart, Beethoven, Wagner. Lors de l’exposition au MAC, la sphère présentait l’œuvre de Bach. Le compositeur avait été si prolifique que les visiteurs pouvaient entrer dans la sphère tellement elle était grande. On pouvait y entendre une composition faite à partir de plus des 1000 pièces du musicien.


Voz Alta and Prototype (Nouvelle fenêtre) (Voz Alta et prototype), 2008

Un homme parle dans un mégaphone sur une place publique.L'œuvre extérieure Voz Alta, Relational Architecture 15, de Rafael Lozano-Hemmer Photo : Antimodular Research

L'artiste a invité des membres des familles des étudiants victimes du massacre de Tlatelolco, au Mexique en 1968, à prendre la parole. « Ces mots ont été transformés en lumières projetées dans la ville de Mexico », explique Lesley Johnstone.


Grand Montréal

Arts visuels