•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La prison de Thunder Bay déborde et entraîne une hausse de la violence entre détenus

Vue de l'établissement à la pénombre

La prison de Thunder Bay, dans le nord-ouest de l'Ontario.

Photo : CBC / Jody Porter

Radio-Canada

Près de 200 prisonniers sont incarcérés dans la prison presque centenaire du district de Thunder Bay, alors que sa capacité opérationnelle est de 140 places, soit un taux d'occupation d'environ 143 %.

Plusieurs de ces détenus proviennent de l’extérieur de la région et ont été arrêtés après pour des crimes liés au trafic de drogue.

Selon le porte-parole des gardiens de la prison, Greg Arnold, la surpopulation carcérale a non seulement mené à une hausse de la violence entre les détenus, mais aussi à une augmentation des niveaux de stress pour les employés.

Quand vous mettez autant de gens, [que vous] entassez beaucoup d’êtres humains dans une prison, vous allez évidemment avoir des difficultés.

Greg Arnold, huissier de prison à Thunder Bay

Selon M. Arnold, la prison de Kenora, qui a été le théâtre d’une prise d’otage en septembre dernier, est également surpeuplée.

Il croit que le lent processus judiciaire, qui rallonge la durée des détentions contribue à accentuer le problème.

C'est d'ailleurs dans la prison du district de Thunder Bay qu'Adam Capay a été placé en isolement pendant plus de quatre ans en attente d'un procès pour meurtre qui a été interrompu.

Le gardien de prison ajoute que des détenus sont parfois transportés dans des prisons du Sud de la province entre deux comparutions en cour, en raison du manque d’espace.

Avec les informations de CBC

Justice

Justice et faits divers