•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Foresterie : les Micmacs géreront deux territoires en Nouvelle-Écosse

Le ministre Iain Rankin, le chef Rod Googoo et le chef Terry Paul annoncent l'initiative forestière micmaque le 15 mars 2019.

Le ministre Iain Rankin, le chef Rod Googoo et le chef Terry Paul annoncent l'initiative forestière micmaque le 15 mars 2019.

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse / Len Wagg

Radio-Canada

Les Micmacs de la Nouvelle-Écosse auront la responsabilité de 20 000 hectares de terres provinciales dans le cadre d'un projet pilote de trois ans visant à confier aux collectivités autochtones une part de l'industrie forestière.

C’est un jour historique, a déclaré le chef de la Première Nation de We’koqma’q, Rod Googoo.

Nous voulons jouer un plus grand rôle dans le secteur forestier en Nouvelle-Écosse, a-t-il dit. Nous voulons développer un secteur forestier micmac qui crée des emplois et des possibilités, tout en respectant nos responsabilités envers la forêt, en tant que gardiens de ces terres.

Le ministre néo-écossais des Terres et des Forêts, Iain Rankin, explique que l’objectif de cette initiative forestière est d’étudier pendant trois ans la viabilité des manières alternatives de gérer ces terres de la Couronne que les Micmacs mettront de l’avant.

Assis, le chef Rod Googoo écoute l'allocution du ministre Iain Rankin le 15 mars 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le chef Rod Googoo (assis) observe le ministre Iain Rankin présenter l'initiative forestière issue d'une entente entre les Micmacs et le gouvernement de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Gouvernement de la Nouvelle-Écosse / Len Wagg

Le gouvernement octroie 600 000 $ dans le cadre de cet accord.

Les deux lots sont d’une superficie qui fait deux fois le territoire de toutes les réserves micmaques de la province mises ensemble, remarque le chef Rod Googoo.

Un premier territoire, nommé bloc Digby est situé au sud de la réserve de Bear River. L’autre, le bloc Saint-Croix, se trouve près d’Ellershouse dans le comté de Hants.

Le bloc Digby appartenait autrefois au groupe Irving, et le groupe Saint-Croix à la multinationale Bowater.

Selon Julie Towers, ministre adjointe des Terres et des Forêts, le bloc Saint-Croix possède beaucoup de bois d’oeuvre résineux, alors que l’on retrouve du pin blanc, du chêne rouge, du sapin et de l’épinette dans le bloc Digby.

L’Assemblée des chefs micmacs de la Nouvelle-Écosse présentera maintenant un plan de gestion pour ces territoires.

Rod Googoo explique que les Micmacs seront guidés par un concept nommé « Netukulimk » en langue micmaque. Ce principe reconnaît la poursuite d’objectifs économiques, mais dans un contexte de durabilité et de conservation des ressources. Les endroits où des coupes seront effectuées seront reboisés.

Nous voulons nous assurer que les terres sur lesquelles nous travaillerons seront gardées dans le meilleur état possible, sans causer davantage de dommages à la forêt et à l’environnement, dit M. Googoo.

Il s’agit par ailleurs, selon le chef Googoo, d’une occasion d’enseigner aux enfants la culture et les traditions micmaques. Nous voyons aussi les forêts comme une partie de nos salles de classe, de nos cuisines, dit-il.

D’après les informations de Jean Laroche, CBC

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Industrie forestière