•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La C.-B. veut favoriser les constructions en bois au nom de l’écologie et du marché

Des travailleurs sont debout sur des planches de bois à l'avant d'un bâtiment en construction dans le centre de Pékin, le 13 février 2012.

Des travailleurs sur un grand immeuble en bois en Chine.

Photo : Reuters / David Gray

Nora Chabib

La construction d'immeubles en bois atteint de nouveaux sommets en Colombie-Britannique. La province modifie son Code du bâtiment pour permettre aux immeubles en bois de passer d'un maximum de 6 à 12 étages. Le gouvernement provincial y voit une solution écologique, une promesse de croissance économique ainsi qu'un bon moyen de contrer la crise du logement.

L’utilisation du bois servira à promouvoir l’importante industrie forestière de la province, tout en créant des emplois et en limitant l’impact environnemental, selon le premier ministre, John Horgan.

Notre gouvernement est prêt à travailler avec les communautés pour construire de hauts bâtiments en bois, solides et sécuritaires, qui vont permettre la création d'emplois et d'avoir un avenir avec de faibles émissions de carbone.

John Horgan, premier ministre de la Colombie-Britannique

Option sécuritaire et écologique?

L’architecte et directeur principal du cabinet Morrison Hershfield de Vancouver, Pierre Gallant, affirme que le bois est un matériau avantageux du point de vue environnemental « parce qu’on peut replanter des arbres », bien que, comme les autres matériaux, il nécessite un certain travail.

Selon le Centre d’expertise sur la construction commerciale en bois (Cecobois), « le bois requiert moins d'énergie de son extraction à son utilisation comparativement au béton et à l'acier ».

Schéma où l'on voit le circuit de production et d'utilisation du bois dans la construction.

Selon la Société d'habitation du Québec, pour chaque mètre carré de bois employé en construction, 1 tonne de CO" est évitée.

Photo : CEI-Bois/EPF

Pierre Gallant affirme également que la recherche a assez avancé sur le plan de la résistance aux séismes des constructions en bois.

On croit en connaître suffisamment les limites et pouvoir apprécier les avantages.

Pierre Gallant

Selon lui, le bois est aussi assez flexible pour pouvoir « facilement absorber des charges sismiques ».

L’architecte reconnaît cependant que chaque matériau (bois, acier, béton) à ses avantages et ses faiblesses.

La province ne veut pas perdre de temps

Bien que le nouveau Code national du bâtiment du Canada n'entre en vigueur qu’en 2020, la Colombie-Britannique invite les municipalités à adopter ce nouveau règlement dès maintenant.

Dans un contexte de crise du logement, la province souhaite rééquilibrer l’offre grâce à la rapidité des constructions en bois et à la réduction de leurs contraintes d’approvisionnement.

Plus vite nous pourrons livrer les maisons dont les gens ont besoin, mieux ce sera pour les communautés de tout le pays.

Selina Robinson, ministre des Affaires municipales et du Logement.

Un record mondial atteint

La province est déjà connue pour avoir construit une résidence universitaire de 18 étages, soit le bâtiment moderne en bois massif le plus haut à l’échelle de la planète.

Une vue de haut sur l'immeuble de 18 étages avec l'océan et les montagne en arrière-plan.

La résidence de UBC héberge 400 étudiants dans 272 studios et 33 unités de 4 chambres.

Photo : Ressources naturelles Canada

Colombie-Britannique et Yukon

Urbanisme