•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Défier les normes, les genres et les conventions de l'écriture

Des lignes d'écriture noires sur une feuille de papier blanc

Le roman « Gaucher.ère contrarié.e » de V.S. Goela n’est une oeuvre pas comme les autres, mais singulière et non conventionnelle.

Photo : Andrys Stienstra

Radio-Canada

CHRONIQUE | « Je passe devant les collections multicolores de légumes et de fruits. Les gens n'aiment pas des produits agricoles anormaux, laids, difformes. Ils les préfèrent beaux, conformistes, uniformes, parfaits, "normaux". Moi, par contre, la diversité, l'imperfection me plaisent. », extrait de Gaucher.ère contrarié.e de V.S. Goela, page 28.

Un texte de Vincent Wallon avec les informations d'Elvis Nouemsi Njike


Gaucher.ère contrarié.e, publié aux Éditions L'Interligne, est une oeuvre singulière et non conventionnelle. Le lecteur en fait sa propre interprétation, nous dit l’auteur.e V.S. Goela.

Non seulement la forme est non linéaire et sans règles, mais les histoires des 13 personnages s'entremêlent, reliées par la nourriture, l’art et la fluidité des genres.

Un.e auteur.e pas comme les autres

L’auteur.e a choisi l’anonymat pour écrire, et ce pour plusieurs raisons : il est important que le lecteur lise le roman indépendamment de l’auteur, de son genre ou de son ethnie. L'auteur.e ne souhaite pas non plus dévoiler la signification de son nom.

Pour mettre la structure de mon roman en contexte, mes racines ne sont pas européennes. On dirait que je suis une “personne de couleur”.

V.S. Goela, auteur.e

V.S. Goela est né.e et a grandi à Toronto, et écrit depuis l’enfance et en français. Gaucher.ère contrarié.e est son premier roman.

Couverture du livreAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

« Gaucher.ère contrarié.e » de V.S. Goela

Photo : Éditions L'interligne

La créativité n’a pas de règles

Pour V.S. Goela, ses multiples voyages et son questionnement sur les normes identitaires dans le Canada pluriculturel sont ses sources d’inspiration.

Parmis les protagonistes du roman, on retrouve entre autres une chef transgenre d’origine indienne, un sommelier qui ne boit pas d’alcool et un danseur retraité et animateur de téléréalité au Nunavut.

Ce roman de fiction est ma façon de communiquer des questions sur notre société actuelle, précise l’auteur.e.

V.S. Goela souhaite que son oeuvre fasse réfléchir sur les normes sociétales et que les individus continuent à essayer de se comprendre, ici et ailleurs.

Même si le Canada est très progressiste, on vit avec des présomptions et des stéréotypes.

V.S. Goela, auteur.e

L’auteur.e essaye également de montrer la valeur des artistes candien.ne.s, de la musique et des technologies des années quatre-vingt, des personnes non conventionnelles, ainsi que de faire découvrir des endroits moins connus du Canada.

Pour l’auteur l’écriture, les beaux-arts, la danse et le théâtre font partie d'un échange d'idées et de sentiments, sans jugement.

Avec les informations d'Elvis Nouemsi Njike

Livres

Arts