•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

9 mois de prison pour avoir « enflammé » ses amis

Rémy Crête
Rémy Crête Photo: Courtoisie
Yannick Bergeron

Un résident de Québec est condamné à 9 mois de prison pour avoir commis un geste irréfléchi lors d'une fête bien arrosée, causant des blessures importantes à deux personnes.

En mai 2017, Rémy Crête a versé de l'alcool sur la tête de son ami avant d'y mettre le feu.

L'ami âgé d'une vingtaine d'années et sa copine de 17 ans ont alors pris feu, subissant des brûlures importantes.

Après avoir plaidé coupable à une accusation de négligence criminelle causant des lésions, Crête espérait profiter d'une absolution conditionnelle.

Le juge Steve Magnan a rejeté sa demande, estimant que son geste méritait une peine de prison ferme « afin de conscientiser les jeunes adultes aux conséquences de s'enivrer et de commettre des gestes irréfléchis ».

Dans le cas des deux victimes, les conséquences sont graves. Alex Bouchard Mathurin a subi des brûlures au deuxième degré au visage et à un bras.

Les blessures d'Alex Bouchard MathurinAlex Bouchard Mathurin a subi des brûlures au deuxième degré au visage et à un bras. Photo : Courtoisie

Graves brûlures

Émy Perron a été plus sévèrement atteinte. Elle a dû passer six semaines à l’hôpital pour recevoir plusieurs greffes de peau au visage, à la poitrine, sur le bras et aux jambes après avoir été brûlée au troisième degré.

« Je suis vraiment contente. Il mérite ce qu'il a eu », a commenté la jeune femme à la sortie de la salle d'audience.

Elle a pris du mieux physiquement, mais craint le regard des autres face à ses cicatrices, en plus de vivre avec de l'anxiété depuis l'événement.

Mme Perron a apprécié le message que le juge a voulu envoyer aux jeunes. « Il faut avoir une tête sur les épaules, même quand tu veux boire », a-t-elle commenté.

Une femme tire sur son chandail de manière à montrer les brûlures qu’elle a subies à l’épaule droite et au haut de la poitrine.Émy Perron a subi des brûlures importantes. Photo : Courtoisie

Crête, qui avait 27 ans lors de son crime, s'est défendu, disant avoir voulu s'allumer une cigarette, sans réfléchir.

Le juge Magnan estime néanmoins qu'il ne s'agit pas d'un accident et qu'il est responsable de ses gestes.

Ne trouvant pas une cause avec des circonstances similaires dans la jurisprudence, le magistrat a estimé qu'une peine de 9 mois assortie d’une période de probation de trois ans s'imposait.

Québec

Procès et poursuites