•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
chronique

Mois de la francophonie : quoi célébrer?

Quelques dizaines d'enfants et d'adultes réunis dehors. Ils tiennent des drapeaux de couleur bleu et blanc avec une fleur-de-lys et un églantier.
Des Franco-Albertains sont rassemblés à Calgary le 1er mars 2019 pour lancer les célébrations du mois de la francophonie franco-albertaine. Photo: Radio-Canada / Charlotte Dumoulin
Jean-Marie Yambayamba

Qu'est-ce que j'ai à célébrer en ce mois de la francophonie? Cette question mijote en moi en cette période où les 220 millions de locuteurs du français sont invités à fêter leur solidarité et leur désir de vivre ensemble, dans leurs différences et leur diversité. Pour d'autres, comme moi, c'est l'occasion de clarifier les choses ...

En arrivant à Edmonton, en provenance du Québec, il y a une quinzaine d'années, j'ai senti presque spontanément le besoin d'affirmer ma francophonie, même si j'étais conscient que l'un de mes objectifs était d'améliorer mon anglais. Je n'ai pas mis longtemps pour multiplier des visites dans le quartier Boonie Doon qui abrite l'essentiel des institutions et des organismes francophones de la capitale albertaine.

Pierre-Yves Mocquais, doyen du Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta, m'assure aussi avoir pris la mesure de son identité francophone, en sortant de sa France natale, il y a une vingtaine d'années. « Je dois vous dire que j'ai bien pris davantage conscience de l'importance de la francophonie au niveau culturel et dans le cadre de sa portée internationale depuis que je suis au Canada. »

Pierre-Yves Mocquais, doyen du Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta.Pierre-Yves Mocquais, doyen du Campus Saint-Jean de l'Université de l'Alberta. Photo : Radio-Canada / Mirna Djukic

La résilience

Le doyen précise avoir d'abord réalisé la grande résilience de la francophonie en milieu minoritaire. « J'ai développé une grande admiration pour ces communautés francophones qui se sont battues pendant des générations. Je suis aussi fasciné par ces mêmes communautés qui se trouvent ranimées, revigorées par l'apport de l'immigration qui est d'une richesse incroyable. »

En travaillant au Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais s'est également mieux rendu compte du rôle crucial de cette institution. « Pour moi, une des missions du Campus Saint-Jean est de rattacher la francophonie albertaine avec la francophonie canadienne et mondiale ». Ce rôle s'est traduit récemment par la résistance au projet de l'Université de l'Alberta de fermer la Librairie francophone Le Carrefour qui s'est maintenant installée devant le bâtiment McMahon du campus.

Une langue vivante

Le dépaysement fait partie des expériences initiales quand on change de milieu. Après mon arrivée au Québec, j'ai eu besoin d'apprendre de nouvelles expressions, voire une autre façon de parler français. Déroutante au début, cette nouveauté a enrichi mon propre patrimoine francophone.

L'agent communautaire Arsène Mwamba entouré d'enfants auxquels il lit une histoire à l'Institut Guy-Lacombe pour la famille, à la Cite francophone d'EdmontonL'agent communautaire Arsène Mwamba entouré d'enfants auxquels il lit une histoire à l'Institut Guy-Lacombe pour la famille, à La Cite francophone d'Edmonton Photo : Arsène Mwamba

C'est un élargissement dont témoigne aussi Arsène Mwamba, agent communautaire à l'Institut Guy-Lacombe de la famille. « Moi je parle le français que j'ai appris à l'école, mais qui est aussi relié à ma culture. Parfois, je dis des choses en français que d'autres personnes ici ne comprennent pas et sur lesquelles nous finissons par nous entendre », dit cet Albertain originaire de la République démocratique du Congo, un pays où il a aussi donné des cours de français.

Le doyen Mocquais dit adorer « absolument cette diversité de la langue française » dont il est témoin au quotidien dans son campus. Le personnel comme les étudiants viennent du Canada et du reste du monde. « Le français, ce n'est certainement pas une langue figée que l'Académie française s'efforce de protéger. C'est quelque chose qui est en évolution perpétuelle, qui a de nombreuses facettes, fait de nombreuses saveurs. »

La dualité linguistique

Insister sur la francophonie peut sembler se résigner à un repli des francophones sur eux-mêmes ou favoriser ce que certains appellent « les deux solitudes » qui isoleraient les francophones des anglophones. Mais des ouvertures existent de part et d'autre.

L'agent Arsène Mwamba assure que son centre continue d'attirer des anglophones. « Un jour, un papa anglophone est venu au centre. Il voulait entrer, mais il était hésitant parce qu'il parlait seulement anglais. Je l'ai invité à entrer en lui expliquant que notre organisme était financé par les fonds publics et ne pouvait pas faire la discrimination sur les gens. » C'était le départ d'une relation gratifiante. « Je peux vous dire que ce monsieur-là a maintenant une petite fille dans une école francophone et cet enfant parle un français qui dépasse parfois celui de certains enfants francophones. »

Au Campus Saint-Jean, des étudiants dont le français est la langue seconde vivent une ouverture similaire, note Pierre-Yves Mocquais. « Ils sont profondément attachés à une vision de la dualité linguistique du Canada et ils considèrent que c'est avant tout une richesse d'avoir une deuxième langue au Canada. Pour eux, avoir l'anglais, l'anglais et d'autres langues, c'est fondamental à leur capacité d'exister. »

L'exigence d'un vivre ensemble

Le français a le potentiel de rassembler, mais en sommes-nous suffisamment conscients? Le repli sur soi est tentant, particulièrement en cas de différends. Mais ces difficultés pourraient aussi représenter des opportunités pour se dépasser en recherchant des solutions qui referont et renforceront notre solidarité. Parler une même langue devrait également traduire une exigence de solidarité et d'un vivre ensemble.

C'est aussi ce que pense Pierre-Yves Mocquais. « Pour moi, le français est une langue vivante qui rassemble des gens qui viennent de partout. Elle a une dimension culturelle - je dirais même spirituelle - comparativement à l'anglais qui est plus une langue de communication marchande. Le français a une dimension supplémentaire qui relie les peuples entre eux et à un autre niveau que le seul niveau économique. »

Un exercice d'appropriation

Je ne voulais pas cette année parler du Mois de la francophonie en me contentant de développer les thématiques qui nous sont déjà servies. Certes, les activités et les réflexions partagées à cette occasion balisent cette célébration. Cependant, de mon introspection et des conversations que j'ai eues avec le doyen Pierre-Yves Mocquais et l'agent Arsène Mwamba, une réflexion a émergé pour m'approprier en quelque sorte cet événement. J'ai effectivement des bonnes raisons de célébrer! À toutes et à tous, bon Mois de la francophonie!

Alberta

Francophonie