•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Wilson-Raybould se pose en défenseuse des Canadiens qui veulent changer la culture politique

Gros plan de Jody Wilson-Raybould, en mêlée de presse.
Jody Wilson-Raybould dit avoir été inspirée par les courriels, messages texte, appels téléphoniques et lettres reçus depuis le début de l'affaire SNC-Lavalin. Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick
François Messier

L'ex-ministre de la Justice Jody Wilson-Raybould se présente comme la défenseuse de tous les Canadiens qui veulent changer la culture politique du pays, dans une lettre publiée au cours des dernières heures sur son site web.

Celle qui a claqué la porte du Cabinet Trudeau le mois dernier avant de dénoncer des pressions inappropriées qu'elle aurait subies dans le dossier de SNC-Lavalin y réitère tout de même son intention de briguer de nouveau les suffrages sous la bannière libérale l’automne prochain.

Mme Wilson-Raybould souligne avoir reçu 10 000 courriels, messages texte, appels téléphoniques et lettres depuis que toute cette affaire, qui a éclaboussé le gouvernement Trudeau, a éclaté. Elle dit avoir été « inspirée » par cette réaction.

Ces messages « expriment la vision, le désir et la passion des Canadiens pour effectuer des changements réels et en profondeur », écrit-elle, après avoir affirmé que le scandale a été un « signal d’alarme » pour de nombreux Canadiens.

« Vous êtes les vrais leaders qui rejettent cette culture du conflit, de la partisanerie vide et des jeux cyniques qui est trop courante, et vous vous êtes engagés à construire une culture de plus grande collaboration, de recherche de la vérité et du service fondé sur des principes pour le bien-être du Canada et de tous les Canadiens ».

Merci. Je suis avec vous. Notre but collectif est d’encourager, de soutenir et d’avancer les axes principaux qui aideront à transformer la culture politique, afin qu’elle soit orientée vers les services à tous les Canadiens plutôt que fondée sur des choix intéressés.

Jody Wilson-Raybould, députée de Vancouver Granville et ex-ministre de la Justice

La ministre ne dit rien de neuf au sujet du litige qui l’oppose au premier ministre Trudeau. L’affaire SNC-Lavalin « est toujours en cours, et plus de clarté et d’information est nécessaire », plaide-t-elle, avant d'affirmer, comme elle l’a fait lors de son témoignage devant le comité de la justice, que les principes de la primauté du droit et de l’indépendance judiciaire sont « sous pression ».

« Collectivement, et en tant qu’individus, nous sommes mis au défi de répondre », affirme-t-elle.

Jody Wilson-Raybould pourfend en outre la « vieille vision cynique » que distillent certains politiciens et commentateurs en arguant qu’il s’agit « simplement de la façon dont les choses se font, et que ce sera toujours comme ça ». Il ne faut « jamais se résigner » à accepter cet état de fait, plaide-t-elle.

Je me suis retrouvée dans une situation à laquelle je ne m’étais jamais attendue. Je n’ai fait que mon travail et je ne m’attendais pas à être un sujet d’attention national. Mais vous prêtiez attention – pour de bonnes raisons – parce que cette affaire est sérieuse.

Jody Wilson-Raybould, députée de Vancouver Granville et ex-ministre de la Justice

« Être différent est un thème intimement lié à mon travail en politique », plaide encore l’ex-ministre. « Je vous demande de me réélire pour vous représenter. Je vous promets que je m’efforcerai du mieux que je peux d'agir différemment de ce à quoi nous avons été de plus en plus habitués. »

Politique fédérale

Politique