•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Tricherie dans des universités américaines : David Sidoo plaide non coupable

Une homme avec un chandail UBC Football parle avec un joueur de football sur le terrain.

David Sidoo a grandement contribué à l'essor du programme de football de l'Université de la Colombie-Britannique (UBC).

Photo : Bob Frid/UBC

Michaële Perron-Langlais

L'ancien joueur de football et homme d'affaires de Vancouver, David Sidoo, a plaidé non coupable vendredi aux accusations de fraude le liant à un vaste stratagème qui a permis à des parents d'obtenir des places dans de prestigieuses universités américaines pour leurs enfants en échange de pots-de-vin.

Celui qui a contribué à l’essor du programme de football de l’Université de la Colombie-Britannique (UBC) au cours des dernières années est accusé d’avoir versé un total de 200 000 $ pour que quelqu’un passe les tests de classement utilisés dans le processus d’admission des universités américaines (SAT) à la place de ses deux fils, en 2011 et en 2012.

David Sidoo s’est présenté devant la Cour fédérale de Boston, vendredi, où il a plaidé non coupable. Le bureau du procureur général des États-Unis a indiqué que le Vancouvérois a été libéré sous conditions, moyennant une caution de 1,5 million de dollars.

Les avocats de M. Sidoo ont précisé par communiqué que leur client rentrera au Canada et qu’il demande aux gens de ne pas tirer de conclusions hâtives. « Il est impatient de contester les accusations devant les tribunaux, et non dans les médias », indique le bureau d’avocats Chesnoff & Schonfeld.

Plus d’une trentaine de parents, dont les actrices Felicity Huffman et Lori Loughlin, ont été arrêtés relativement à cette affaire. Ils sont accusés d’avoir versé des sommes allant de 200 000 $ à 6,5 millions de dollars à un intermédiaire pour faciliter l’admission de leurs enfants dans des universités américaines, dont Yale, Georgetown et Stanford.

L’homme à la tête de ce réseau, William Singer, a plaidé coupable mardi à des accusations de fraude et de complot. Son organisation aurait reçu 25 millions de dollars américains entre 2011 et 2019 de la part des parents.

La poursuite soutient qu’il s’agit du plus important scandale de ce genre à être mis en lumière aux États-Unis.

David Sidoo risque une peine maximale de 20 ans de prison. Aucune des accusations portées contre lui n’a été prouvée en cour.

Colombie-Britannique et Yukon

Fraude