•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La surveillance des centres de la petite enfance de l'Î.-P.-É. doit être renforcée, dit la vérificatrice

La vérificatrice générale de l'Île-du-Prince-Édouard, Jane MacAdam.
La vérificatrice générale de l'Île-du-Prince-Édouard, Jane MacAdam. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
François Pierre Dufault

Il y a d'importantes lacunes dans la surveillance des centres de la petite enfance (CPE) de l'Île-du-Prince-Édouard, conclut la vérificatrice générale de la province dans son plus récent rapport annuel, déposé vendredi.

Ce ne sont pas tous les CPE accrédités par le gouvernement provincial qui sont inspectés avec la même rigueur, note la vérificatrice Jane MacAdam.

Plus du tiers des centres sous la loupe de la surveillante des comptes publics n'avaient pas reçu la visite d'un inspecteur depuis plus d'un an au moment de l'audit, alors que les inspections devraient être faites annuellement, selon elle.

Les centres ne sont pas toujours inspectés en temps opportun. Les bonnes pratiques indiquent que les inspections devraient avoir lieu au moins une fois par année.

Jane MacAdam, vérificatrice générale de l'Île-du-Prince-Édouard

Plus de 40 % des inspections ayant eu lieu dans les 15 mois qui ont suivi la mise en place de nouvelles règles dans les CPE en 2017 n'avaient pas pris en compte les changements, souligne Jane MacAdam.

Selon la vérificatrice, près du tiers des CPE ont également reçu un permis d'exploitation sans avoir fourni à la province la documentation nécessaire, comme les vérifications de casiers judiciaires de leurs employés ou un rapport d'inspection d'incendie.

Bien-être et sécurité des enfants

Jane MacAdam demande au gouvernement de resserrer les mécanismes de surveillance des CPE qu'il accrédite, afin d'assurer le bien-être et la sécurité des quelque 5000 enfants qui les fréquentent. Plusieurs parents dépendent de la disponibilité de centres de la petite enfance accrédités et abordables pour offrir un environnement sécuritaire à leurs enfants, écrit-elle.

Dans son rapport, la vérificatrice révèle aussi que les ententes de financement de plusieurs CPE n'ont pas toujours été conformes aux exigences du Conseil du Trésor. Certains centres auraient ainsi reçu plus d'argent de la province que ne le prévoyait leur entente.

Les 114 CPE accrédités de l'Île-du-Prince-Édouard reçoivent plus de 9 millions de dollars par année du gouvernement.

Le chef du Parti vert, Peter Bevan-Baker, se dit préoccupé par les conclusions de la vérificatrice générale. Il est désolant que le gouvernement traite la sécurité de nos enfants avec un tel laxisme en n'appliquant pas les mesures de sécurité de base, a-t-il réagi vendredi.

Dans son rapport annuel, Jane MacAdam se penche, d'autre part, sur la gestion des 23 parcs provinciaux de l'Île-du-Prince-Édouard. À ce chapitre, elle déplore l'absence d'une vision claire, ce qui complique, selon elle, la planification en matière d'immobilisations.

La vérificatrice générale s'intéresse finalement aux politiques d'approvisionnement du gouvernement. Elle note à cet égard que les pratiques de la province ne sont pas toujours conformes aux règles en vigueur, notamment en ce qui a trait aux appels d'offres.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard accepte toutes les recommandations de la vérificatrice et promet de les mettre en oeuvre d'ici l'an prochain.

Île-du-Prince-Édouard

Politique provinciale