•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Imperial Oil freine un de ses développements pétroliers

Façade de bureaux

Les bureaux d'Imperial Oil à Calgary

Photo : CBC/Evelyne Asselin

Tiphanie Roquette

L'entreprise pétrolière ralentit le développement de son projet d'exploitation des sables bitumineux Aspen, un projet évalué à 2,6 milliards de dollars, en raison de l'incertitude économique.

Le projet, dont la construction devait s'amorcer au dernier trimestre 2018 et se terminer en 2022, prendra au moins un an de retard, selon le communiqué de l’entreprise.

Site d'exploitation des sables bitumineux dans la région de Fort McMurray.

Contrairement aux derniers projets d’exploitation de sables bitumineux d’Imperial Oil, le projet Aspen mise sur une extraction souterraine du carburant plutôt que sur l’exploitation d’une mine à ciel ouvert.

Photo : La Presse canadienne / Jason Franson

Imperial Oil critique en particulier cette décision sur les réductions obligatoires de production instituées par le gouvernement albertain depuis le début de l’année.

L’entreprise demeure inquiète des conséquences inattendues de la décision du gouvernement de manipuler les prix, peut-on lire dans le communiqué de l’entreprise.

Les baisses de production, mises en place pour réduire le différentiel de prix entre le pétrole canadien et le pétrole américain, ont également un effet négatif sur le transport des hydrocarbures par train, croit l’entreprise, qui s’oppose à la mesure depuis son institution.

La décision de revenir au niveau d’activité planifié dépendra de facteurs tels que les actions gouvernementales suivantes et notre confiance envers les conditions du marché, a observé le président de la compagnie, Rich Kruger.

Une femme répond aux questions des journalistes devant un parterre de micros.

La première ministre de l'Alberta Rachel Notley

Photo : Radio-Canada / Colin Hall

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a répliqué que les réductions de production ont toujours été « la meilleure décision dans une série de mauvaises options » en raison de la difficulté de transporter le pétrole à l’extérieur de la province.

Nous ne voulions pas prendre cette décision et nous voulons progressivement mettre fin à ces réductions dès que possible, mais nous nous devions d’agir pour le plus grand nombre de travailleurs dans l’industrie, a répondu Mme Notley.

Le projet a été proposé en 2012 et soumis à l’approbation de la régie albertaine de l’énergie en 2013. Le feu vert n’a pas été accordé avant l’année dernière.

Imperial Oil projetait la création de 700 emplois pendant la période de construction et 200 emplois de manière permanente.

Alberta

Industrie pétrolière