•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trent Butt coupable du meurtre prémédité de sa fille de 5 ans

Trent Butt dans le box des accusés à son procès.
Trent Butt assis à l'avant. Assise derrière lui, au centre, Andrea Gosse, mère de la victime. Photo: Radio-Canada / CBC / Mark Quinn
Radio-Canada

À Terre-Neuve-et-Labrador vendredi, un jury a reconnu Trent Butt coupable du meurtre au premier degré de sa fille en avril 2016.

Le fait que l’accusé avait tué la fillette n’était pas remis en question. À ce procès, le jury devait déterminer si le meurtre était ou non prémédité.

Trent Butt a tué Quinn Butt, 5 ans, à son domicile de Carbonear, avant de mettre le feu à la maison. Le corps de l’enfant a été découvert dans les décombres de la résidence le 24 avril 2016.

Une photo de la victime, Quinn Butt.Quinn Butt, 5 ans, a été découverte dans les décombres de sa maison incendiée en avril 2016. Photo : Gracieuseté

Le verdict entraîne automatiquement une peine d’emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans. Trent Butt est âgé de 40 ans.

Après avoir entendu les plaidoiries finales jeudi, les 12 jurés ont délibéré pendant environ quatre heures en soirée. Ils sont revenus à la Cour suprême de Terre-Neuve-et-Labrador vendredi matin pour demander au juge Donald Burrage la permission de visionner à nouveau les images captées par une caméra de surveillance à la résidence de l’accusé, et de réentendre le témoignage de celui-ci. Ils ont remis leur verdict en milieu d’après-midi.

Trent Butt a témoigné à son procès et a affirmé ne pas se souvenir d’avoir tué sa fille. Je ne sais pas comment je l’ai fait, a-t-il dit. Il a soutenu avoir été désemparé par la découverte du corps.

L'avocat de la défense Derek Hogan et l'accusé, Trent Butt, durant le procès.L'avocat de la défense Derek Hogan et l'accusé, Trent Butt. Photo : Radio-Canada / CBC / Mark Quinn

Le procureur de la Couronne, Lloyd Strickland, n’en croyait pas un mot. Il a décrit les actes de l’accusé comme une série d'étapes froidement calculées destinées à faire souffrir la mère de l’enfant, qui est son ancienne conjointe.

Pas d'appel au 911, une lettre soignée de 10 pages, [il] a répandu de l'essence dans le sous-sol et le salon, a-t-il dit aux jurés. Il a réfléchi à tout ça.

La maison où habitait la famille Butt à Carbonear à Terre-Neuve-et-LabradorAgrandir l’imageLa maison où habitait la famille Butt à Carbonear à Terre-Neuve-et-Labrador Photo : Radio-Canada / Bruce Tilley

Dans sa plaidoirie finale, la Couronne affirmait que les images de la caméra de surveillance où l’on voit Trent Butt déplacer sa camionnette, et plus tard déposer quelque chose à l’intérieur du véhicule, font partie des preuves que ses gestes étaient prémédités.

Un document manuscrit de 10 pages, rédigé par Butt et décrit comme une note de suicide, avait été laissé dans la camionnette. L’avocat de la défense, Derek Hogan, disait que cette note ne prouvait pas la préméditation du meurtre.

Le procès a duré deux semaines. On y a notamment entendu les témoignages émouvants d’Andrea Gosse, mère de l’enfant, et celui des pompiers qui ont découvert le corps de Quinn Butt dans la maison incendiée.

Aussi coupable d’incendie criminel

Butt avait initialement plaidé non coupable à une autre accusation, celle d’incendie criminel, avant de reconnaître avoir mis le feu à la résidence de Carbonear et enregistrer un plaidoyer de culpabilité. Le prononcé d’une sentence pour l’accusation d’incendie criminel est prévu pour le 23 avril.

Avec des informations de Mark Quinn, CBC, et de La Presse canadienne

Avec les informations de CBC et la Presse canadienne

Terre-Neuve-et-Labrador

Homicide