•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestations pour la planète en Gaspésie

Trois jeunes filles sourient à la caméra en tapant sur des casseroles avec des cuillères de bois.
Les jeunes demandent entre autres l'adoption de lois pour limiter le réchauffement à 1,5 degré. Photo: Radio-Canada / Isabelle Larose
Radio-Canada

Des manifestations pour sensibiliser la population aux changements climatiques ont eu lieu à Cap-aux-Meules, Gaspé et Carleton-sur-Mer, en marge du mouvement international.

Une trentaine de personnes ont participé à la manifestation tenue au Berceau du Canada à Gaspé.

Pendant les élections, ils n’ont pas parlé d’environnement. On sent que notre avis n’est pas représenté, souligne un manifestant à Gaspé.

À Carleton-sur-mer, une soixantaine de parents, grands-parents et étudiants ont marché le long de la route 132, puis se sont rendus devant le bureau du député d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia Rémi Massé en scandant des slogans comme Pas de nature, pas de futur.

On a environ 10 ans pour faire un virage. Ce n’est pas assez de temps, mais il faut virer!

Une manifestante à Carleton-sur-Mer
Une dizaine de jeunes marchent dans un parc en hiver.Des manifestations de ce genre se tiennent dans plus de 2000 villes situées dans quelque 120 pays. Photo : Radio-Canada / Bruno Lelièvre

Au Québec, plus de 150 000 étudiants sont en grève pour aller manifester. Au Bas-Saint-Laurent et sur la Côte-Nord aussi, des élèves et des étudiants sont sortis manifester.

Ils dénoncent l'immobilisme des gouvernements et réclament plus d'action pour stopper le réchauffement de la planète.

Par ailleurs, les citoyens du comité de La planète s'invite au Parlement, pour la Baie-des-Chaleurs, ont adressé une lettre au député fédéral Rémi Massé. Ils considèrent que le gouvernement Trudeau n'est pas à la hauteur de la situation, puisque le Canada n'a pas réduit de façon substantielle ses émissions de gaz à effet de serre.

C’est pas mal plus important de pouvoir assurer un futur aux futures générations que d’aller étudier pour apprendre comment détruire la planète.

Une étudiante à Carleton-sur-Mer

Avec la vitesse à laquelle les choses se dégradent, je crois que c’est notre responsabilité de parent de se mobiliser pour leur avenir, indique une mère.

Quand ce sont les jeunes qui le font, je crois qu’on peut être plein d’espoir pour l’avenir.

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine

La députée de Gaspé, Méganne Perry-Melançon, a participé à l’événement. C’est important d’être là pour lutter contre les changements climatiques, affirme-t-elle.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Environnement