•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fraude sur Internet : les ados ne sont pas à l’abri

Un groupe d'adolescents assis à l'extérieur regardent leurs téléphones cellulaires.
Les adolescents ne sont pas à l'abri des fraudes sur Internet. Photo: iStock
Radio-Canada

Même s'ils ont grandi avec un cellulaire à la main et les yeux rivés sur un écran, les adolescents subissent aussi les foudres des arnaqueurs en ligne. Des experts en la matière proposent quelques pistes de solution pour prévenir l'hameçonnage chez les jeunes.

Un texte de Stéphanie Rhéaume pour Les Malins

Il est difficile de chiffrer le nombre de victimes de fraude âgées entre 13 et 18 ans. De manière générale, peu de gens portent plainte.

Selon le Centre antifraude du Canada (CAC), moins de 5 % des victimes de fraude font un signalement. Quand vient le temps de s’intéresser aux cas qui ciblent les adolescents, il apparaît clair qu’une faible minorité d’entre eux dénoncent les escrocs, estime le Sgt Guy Paul Larocque, officier responsable par intérim du CAC.

Portrait plan épaule d'un sergent en habits officiels. Un homme aux cheveux clairsemés.Sgt Guy Paul Larocque du Centre antifraude du Canada Photo : Radio-Canada / Stéphanie Rhéaume

On est peut-être moins au courant des fraudes qui visent directement les adolescents ou les jeunes adultes, parce que, souvent, c’est une question de recevoir les plaintes ou les rapports liés à des tentatives ou des cas où les jeunes ont été victimes de fraude, explique-t-il.

Dévoilement d’information personnelle, frais encourus avec une carte de crédit sur des jeux en ligne, arnaques par le biais des médias sociaux, fraudes liées à des offres d’emploi : toutes les astuces sont bonnes pour berner les jeunes.

Si une offre est trop belle pour être vraie, c’est probablement parce qu’elle l’est.

Sgt Guy Paul Larocque, officier responsable par intérim du Centre antifraude du Canada

André Schnell travaille chez HabiloMédias, un organisme à but non lucratif basé à Ottawa qui vise justement à aider les enfants et les adolescents à naviguer dans le monde numérique.

Selon la spécialiste en éducation aux médias, les jeunes s’avèrent tout particulièrement vulnérables, parce qu’ils s’estiment hors d’atteinte.

Une jeune femme aux longs cheveux bruns pose le regard sérieux.La spécialiste en éducation aux médias, Andréa Schnell Photo : Courtoisie : Andréa Schnell

La meilleure défense contre l’hameçonnage, c’est la prudence et l’esprit critique.

Andréa Schnell, spécialiste en éducation aux médias

Il faut toujours cultiver cet esprit critique et sceptique, pas nécessairement cynique. [...] [Il est important] de se familiariser avec les options de confidentialité de toutes les plateformes que vous utilisez, limiter les partages d’information personnelle qui peuvent facilement vous identifier, rappelle Andréa Schnell.

Accompagner un adolescent en quête d’autonomie dans les dédales du Web et des applications mobiles ne se révèle pas une mince affaire. Tenter de déchiffrer l’ensemble des plateformes fréquentées par les adolescents peut s’avérer peine perdue, selon la spécialiste en éducation aux médias, compte tenu du caractère éphémère de leur popularité.

Ce qui prime néanmoins, selon Andréa Schnell, c’est de garder ouvert le canal de communication avec sa progéniture.

Les parents doivent dire à leurs ados [...] qu’ils sont prêts à écouter. S’ils ont fait quelque chose dont ils sont incertains [...], vous êtes là pour les aider à régler la situation, affirme-t-elle avec conviction.

Ne pas avoir peur d’en parler va faire que, certainement, les jeunes seront peut-être mieux outillés pour reconnaître les différents indicateurs de risque ou, en bon français, les “red flags”, pour éviter de tomber au piège.

Sgt Guy Paul Larocque

Et si le pire survient ?

Le Sgt Guy Paul Larocque rappelle qu’il faut impérativement porter plainte au service de police local, en plus de le signaler au Centre antifraude du Canada. Si la double manoeuvre apparaît complexe, c’est d’autant plus important de la mener jusqu’au bout, car elle permet aux différents services de rester à l’affût des dernières tendances et d’ajuster leurs campagnes d’éducation auprès du public.

À écouter : Quand Cupidon lance des hameçons sur le Web

Ottawa-Gatineau

Fraude