•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les jeunes Sherbrookois en marche pour le climat

Des manifestants de tous les âges ont envahi les rues de Sherbrooke vendredi lors de la marche pour le climat. « Passons des changements climatiques à un climat de changements », pouvait-on lire sur une banderole, à l'avant de la manifestation.

Des manifestants de tous les âges ont envahi les rues de Sherbrooke vendredi lors de la marche pour le climat.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Bourdeau

Radio-Canada

La marche pour le climat s'est déroulée vendredi après-midi à Sherbrooke. Des centaines d'étudiants ont quitté le campus peu avant 13 h 30 en direction de l'hôtel de ville.

À l'instar de centaines de milliers de jeunes à travers le monde, les Sherbrookois ont décidé de prendre d'assaut les rues de la ville vendredi pour le climat. Des manifestations de ce genre se tiennent dans plus de 2000 villes situées dans quelque 20 pays.

Ces jeunes de partout, comme ceux de Sherbrooke, portent le même message : le climat nécessite un effort individuel, mais aussi des actions gouvernementales fortes.

Dans son discours avant la marche, la co-porte-parole Amélie Drainville s'est adressée directement au premier ministre François Legault.

On vous invite vraiment à investir dans toutes les sphères environnementales possibles et avec des budgets importants pour qu'on réussisse à se sortir de cette crise climatique, a-t-elle lancé à la foule.

Sherbrooke est là, j'espère que vous nous entendez et j'espère que votre budget va rendre compte la semaine prochaine de nos demandes.

Amélie Drainville, co-porte-parole de la marche
Des milliers d'étudiants rassemblés à l'Université de Sherbrooke avant leur départ pour la marche pour le climat. Ils transportent des pancartes, dont l'une se lit : « Enseignez à sauver la Terre »Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Des milliers d'étudiants rassemblés à l'Université de Sherbrooke avant leur départ pour la marche pour le climat.

Photo : Radio-Canada / Louis-Philippe Bourdeau

Plusieurs associations étudiantes de l'Université de Sherbrooke avaient voté en faveur d'une grève vendredi pour participer à la marche. Tous les étudiants du Cégep de Sherbrooke avaient eux aussi voté en faveur d'une grève.

Si l'appel à la manifestation a d'abord été lancé par des jeunes, des manifestants de tous les âges se sont retrouvés dans les rues de Sherbrooke. De nombreuses familles étaient également présentes.

Du CPE à l'université

En Estrie, le mouvement a touché plus d'une génération. À Stoke, le CPE Chez tante Juliette a organisé une marche avec les enfants de 3 à 5 ans.

On trouvait que c'était important de tout de suite commencer à introduire les jeunes enfants à l'importance de protéger notre planète. On a fait des petites pancartes tout au long de la semaine avec des images de l'environnement, de la nature, explique l'éducatrice à l'enfance Julie Royer.

À Sherbrooke, une cinquantaine d'élèves de l'École secondaire Mitchell-Montcalm ont également manifesté sur l'heure du dîner avec des pancartes confectionnées cette semaine.

C'est un message qui est important pour tout le monde. Ici, à l'école, on est particulièrement ouverts. Tout le monde a participé, tout le monde sait que c'est important et c'est pour ça que tout le monde a participé à ce point-là, a raconté l'organisateur de l'événement, Louis Burnotte.

En après-midi, une chaîne humaine s'est aussi formée devant Le Salésien.

Les étudiants du Salésien à Sherbrooke ont formé une chaîne humaine devant leur école, vendredi, en appui à la marche pour le climat. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les étudiants du Salésien à Sherbrooke ont formé une chaîne humaine devant leur école, vendredi, en appui à la marche pour le climat.

Photo : AFP / Fanny Lachance-Paquette

Magog aussi s'est mise de la partie et ce sont encore une fois des jeunes qui ont mené la marche.

Au parc des Braves, les élèves de l’École Montessori ont vu leurs efforts récompensés. De nombreux citoyens ont répondu à leur appel lancé sur les réseaux sociaux et se sont joints à eux pour arpenter le centre-ville, escortés par des autobus patrouilles.

Une jeune élève de l'École Sainte-Marguerite à Magog a participé à la marche pour le climat. « On n'a qu'une Terre, pas deux », a-t-elle rappelé sur sa pancarte. Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Une jeune élève de l'École Sainte-Marguerite à Magog a participé à la marche pour le climat. « On n'a qu'une Terre, pas deux », a-t-elle rappelé sur sa pancarte.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

De leur côté, les 300 élèves de l’École Sainte-Marguerite, entourés de parents et de membres du personnel, ont formé un long cortège qui les a conduits à l’hôtel de ville.

Le trajet

Les manifestants sont partis de l'Université de Sherbrooke pour se rendre jusqu'à l'hôtel de ville. Ils ont emprunté la rue Galt Ouest, le pont Jacques-Cartier, puis la rue King Ouest avant de tourner dans la rue Wellington Nord.

Estrie

Jeunesse