•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les musulmans albertains oscillent entre chagrin, peur et colère

Gros plan sur une barrière de fer forgée surmontée du croissant et de l'étoile musulman.s

De nombreux musulmans albertains se rendent dans leur mosquée pour partager leur peine après les fusillades perpétrées en Nouvelle-Zélande.

Photo : Radio-Canada

Tiphanie Roquette

Malgré les milliers de kilomètres qui les séparent des victimes des fusillades survenues en Nouvelle-Zélande, les musulmans de l'Alberta disent avoir ressenti l'attaque dans leur cœur comme s'il s'agissait de proches.

La communauté musulmane est une communauté unie. Quand quelque chose d’aussi horrible arrive à un des membres, on le sent ici, on le sent partout, dit une militante antiraciste de Calgary, Saima Jamal.

Tout de suite, la Calgarienne a appelé à un rassemblement au pied de la mairie de la métropole albertaine pour dénoncer la haine qui a mené à la fusillade.

Honnêtement, nous ne savons pas quoi faire d’autre que de nous rassembler dans notre communauté, déplore-t-elle.

Peut-être que si, nous partageons notre deuil et notre peine, ils diminueront un peu.

Saima Jamal, militante antiraciste

Le porte-parole de la mosquée Al Rashid, Aumer Assaf, souligne que les membres de sa communauté sont effrayés, mais que la peur a commencé bien avant ces fusillades. Cela commence par des mots. [...] Maintenant, nous avons des réseaux sociaux où la haine peut se propager sans contrôle, affirme-t-il.

La mosquée Al Rashid à Edmonton

La mosquée Al Rashid à Edmonton

Photo : Radio-Canada / Scott Neufeld

Bien que le Conseil des affaires publiques musulmanes de l’Alberta indique sur sa page Facebook qu'aucune menace locale n'existe, la police d’Edmonton patrouillera tout de même plus régulièrement aux abords des mosquées de la capitale albertaine.

Le porte-parole de l’Association Hussaini, de Calgary, Riaz Khawaja, dit avoir reçu plusieurs appels des membres de sa communauté demandant quelles mesures de sécurité avaient été mises en place.

Tout le monde est nerveux.

Riaz Khawaja, porte-parole de l'Association Hussaini

La police de Calgary n’est pas au courant de l'existence de menaces locales et n’augmentera pas le nombre de ses patrouilles.

Tous appellent à une lutte plus affirmée, à plus de mesures contre l’islamophobie ambiante. C’est trop facile pour nous de parler de cas isolés et de loups solitaires, mais il y a un aspect cyclique de discrimination envers un groupe identifié, croit Irfan Chaudhry, le directeur du Bureau des droits de la personne à l’Université MacEwan.

Il ajoute qu'il faut faire davantage pour que les réseaux sociaux ne soient plus des incubateurs de haine.

Réactions officielles

La première ministre de l’Alberta, Rachel Notley, a offert ses condoléances à toutes les personnes qui sont touchées. Personne ne devrait se sentir en danger à cause de son lieu de prière et de sa foi, a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Le maire de Calgary, Naheed Nenshi, qui est de confession musulmane, a aussi exprimé sa peine dans un tweet.

Alberta

Croyances et religions