•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les fortes pluies à Thunder Bay laissent des traces

Une femme éponge de l’eau sur le plancher avec des serviettes.
L’Université Lakehead a fermé son centre sportif Hangar, en raison de l’inondation. Photo: CBC / Christina Jung
Radio-Canada

De la neige intermittente a maintenant pris la place des pluies importantes qui se sont abattues mercredi et jeudi sur le Nord-Ouest ontarien.

L’abondance d’eau a obligé l’Université Lakehead à fermer son Hangar, un établissement sportif qui héberge entre autres un terrain de soccer en gazon artificiel, une piste de course de 200 mètres et la clinique de médecine sportive.

Avec la neige qui fond et la pluie qui tombe, l’eau a pénétré sous notre porte de garage et nos portes d’entrée, a expliqué le directeur sportif Tom Warden. Il y a de l’eau sur la piste, donc nous l’avons fermée pour des raisons de sécurité.

Les employés du centre sportif ont tenté de contenir l’eau à l’aide de serviettes et de racloirs, jusqu’à ce qu’il devienne clair qu’elle était trop abondante, raconte Tom Warden.

L’Université envisage des options de déneigement afin d’éviter de futurs dommages.

L’établissement a rouvert vendredi matin, selon le directeur sportif.

Des rues fermées et endommagées

Le 15 mars marque le début de la période de restriction de charge saisonnière à Thunder Bay.

Durant la période de dégel, certaines rues ne peuvent supporter des charges aussi importantes que le reste de l’année, explique un communiqué de la Municipalité.

Un camion de billots qui circule sur un chemin au printemps. Tout camion ou véhicule commercial pesant plus de cinq tonnes par essieu ne peut circuler dans les rues de Thunder Bay, à moins d’avis contraire. Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Les automobilistes devront aussi faire des détours pour éviter les rues Carrick et Hewitson, fermées en raison de l’accumulation d’eau, explique le responsable de la voirie de Thunder Bay, Brad Adams.

M. Adam mentionne que les températures oscillantes compliquent le travail des employés de la Ville.

Tôt le matin, ils gèrent les plaques de glace. Mais lorsque ça se réchauffe en après-midi, alors ils patrouillent pour ouvrir les bouches d’égout, raconte-t-il.

La Ville de Thunder Bay considère faire l'achat du Python 5000, une machine pour réparer les nids de poule.La ville de Thunder Bay considère faire l'achat du Python 5000, une machine pour réparer les nids de poule. Photo : site web Superior Roads Solutions

La machine autonome qui répare les nids de poule, le Python 5000, est particulièrement occupée.

Chaque jour qu’on n’est pas en train de gérer la neige, elle est sur la route pour remplir les nids de poule, dit Brad Adams.

Nord de l'Ontario

Incidents et catastrophes naturelles