•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Manifestation pour le climat : des centaines de personnes réunies à Trois-Rivières

Des étudiants tiennent une banderole sur laquelle on peut lire «Unis pour le climat».
Des dizaines d'étudiants se sont réunis sur le campus de l'UQTR pour joindre le mouvement La planète s'invite à l'université. Photo: Radio-Canada / Catherine Bouchard
Radio-Canada

Comme dans plusieurs villes du monde, des centaines de personnes marchent, vendredi, dans les rues de Trois-Rivières pour réclamer des actions concrètes pour l'environnement.

Le rassemblement a commencé en avant-midi à l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR), où des militants ont pris la parole. Les manifestants ont ensuite marché jusqu'au parc Champlain, au centre-ville de Trois-Rivières. Les étudiants et citoyens prennent part à la grève mondiale pour le climat qui se tient un peu partout dans le monde.

À Trois-Rivières, les manifestants réclament notamment un meilleur réseau de transport en commun et un plan pour lutter contre les îlots de chaleur.

Les organisateurs espéraient que les étudiants soient nombreux à participer, malgré la décision de l'UQTR de ne pas lever les cours vendredi.

L'Association générale des étudiants de l'Université du Québec à Trois-Rivières (AGE UQTR) avait pourtant voté à majorité, lundi, pour de se joindre au mouvement La planète s’invite à l’université.

Si elle n’est pas surprise que l’UQTR ait choisi de ne pas lever les cours pour l’occasion, la porte-parole du collectif La planète s’invite à l’UQTR, Valérie Deschamps, est perplexe quant à la décision de l’établissement.

C’est un peu un discours à double vitesse, dit-elle. Avant de voter la grève lundi dernier, on avait eu une rencontre avec les gens de l’université qui nous assuraient qu’ils étaient solidaires, qu’ils voulaient faire un événement eux aussi, avec nous, si on n’allait pas en grève.

Elle craint que certains étudiants choisissent de ne pas descendre dans la rue par crainte de l’impact que leur absence pourrait avoir sur leur dossier académique.

C’est problématique parce qu’il y a plusieurs étudiants qui peuvent être pénalisés académiquement à cause de ça, déplore-t-elle. Ça désolidarise le mouvement étudiant, c’est nier la démocratie étudiante.

Pour écouter l'entrevue de Valérie Deschamps à l'émission Facteur matinal, cliquez ici.

Le rassemblement commencera à 11 h 30 à la place Gilles-Boulet, sur le campus de l’UQTR. Vers 12 h 30, les manifestants marcheront jusqu’au parc Champlain, au centre-ville de Trois-Rivières.

Sur Facebook, plusieurs centaines de personnes ont indiquées qu’elles étaient intéressées ou qu’elles participeront à l’événement.

Selon Valérie Deschamps, des candidats à la mairie de Trois-Rivières ont indiqué qu’ils seront de la partie. Le syndicat des professeurs du cégep de Trois-Rivières appui aussi le mouvement étudiant.

Mauricie et Centre du Québec

Éducation