•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Plus d'élèves dans les salles de classe de l'Ontario

Une salle de classe.
Une salle de classe Photo: La Presse canadienne
Jérémie Bergeron

Le gouvernement ontarien annonce une refonte majeure de son système d'éducation, allant d'un nouveau cours d'éducation sexuelle à l'augmentation du nombre d'élèves en salle de classe dès la 4e année.

La ministre de l'Éducation, Lisa Thompson, a fait l’annonce vendredi matin de son plan L'éducation à l'œuvre pour vous.

Le nombre d’élèves par salle de classe sera augmenté progressivement au cours des quatre prochaines années si le projet de loi est adopté, ce que craignaient plusieurs organisations d’enseignants de la province.

L'augmentation moyenne sera d'un élève par classe de la 4e à la 8e année. Au secondaire, la moyenne d'élèves passera de 22 à 28 jeunes.

Cette décision a été prise afin d’harmoniser davantage l'effectif des classes du secondaire avec celui des autres provinces et territoires du Canada. Le gouvernement ontarien assure que le financement des écoles secondaires sera ajusté en conséquence.

La ministre de l'Éducation tient également à se faire rassurante : aucun enseignant ne perdra son emploi. Notre stratégie ne prévoit pas le licenciement d'un seul enseignant, affirme Lisa Thompson.

Nouveau programme d'éducation sexuelle

Les parents pourront retirer leurs enfants plus facilement de certaines parcelles du nouveau programme d’éducation sexuelle, en vigueur dès septembre 2019. « Le ministère offrira des modules en ligne que les parents pourront utiliser pour aborder ces sujets à la maison quand ils estiment que leur enfant est prêt », peut-on lire dans un communiqué.

Le nouveau programme d’éducation sexuelle en bref :

  • L’image corporelle (2e et 3e année)
  • La puberté (de la 4e à la 6e année)
  • La reproduction sexuelle (5e année)
  • L'orientation sexuelle (5e et 6e année)
  • Le consentement (de la 4e à la 6e année)
  • Les rapports sexuels et les infections transmissibles sexuellement (7e et 8e année)
  • L'identité de genre et l'expression de genre (deuxième semestre de la 8e année)

Nous avons clairement écouté les Ontariens, lance la ministre, rappelant que plus de 72 000 personnes ont été consultées avant la mise en place de cette refonte.

Les parents veulent un programme d'éducation physique et de santé rigoureux à l'image de notre époque.

Lisa Thompson, ministre de l'Éducation

« Une des plus grandes préoccupations était la pertinence du matériel enseigné en fonction de l'âge », explique Mme Thompson. Je suis certaine que les parents seront en accord avec la refonte.

Le programme complet devrait être publié en mai et mis en œuvre en septembre.

Retour aux principes fondamentaux en mathématiques

Des formules mathématiquesDes formules mathématiques Photo : Pixabay / PIxabay

Alors que seuls 49 % des élèves anglophones de 6e année ont satisfait à la norme provinciale en mathématiques en 2017-2018, le ministère de l'Éducation annonce aussi une réforme du curriculum des mathématiques, avec un retour aux principes fondamentaux. Exit l'exploration, une méthode mise en place par l'ancien gouvernement libéral.

Trop de nos élèves ne peuvent même pas comprendre les mathématiques de base.

Lisa Thompson, ministre de l'Éducation de l'Ontario

Les élèves du secondaire se verront offrir plus de cours en littératie financière, afin que nos étudiants soient bien préparés pour les emplois d'aujourd'hui et de demain.

Tous les nouveaux enseignants devront également réussir un test de connaissances en mathématiques avant d’obtenir leur titre professionnel.

Le gouvernement progressiste-conservateur souhaite aussi que les compétences en sciences, en technologies, en ingénierie et en mathématiques deviennent prioritaires.

Le cellulaire sera également banni des salles de classe.

Avec ce nouveau plan, le gouvernement prévoit faire des économies d’un pour cent lors de la première année. Impossible toutefois pour la ministre de l'Éducation de chiffrer davantage les économies ultérieures.

Toronto

Politique provinciale