•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Nouvelle-Écosse deviendra la première province à légiférer sur la biodiversité

 A big brown bat flys with a beetle in its mouth in this undated photo. The most common species of bat in the United States, the brown can be rabid but has rarely been linked with human cases of rabies. (AP Photo/Merlin D. Tuttle, Bat Conservation International)

La nouvelle loi permettra d'intervenir plus rapidement pour éviter que des espèces indigènes comme les chauves-souris ne disparaissent, selon le ministre néo-écossais des Terres et Forêts, Iain Rankin.

Photo : Associated Press / MERLIN D. TUTTLE

Radio-Canada

Le ministre des Terres et des Forêts de la Nouvelle-Écosse, Iain Rankin, a déposé jeudi un projet de loi qui vise à mieux protéger les écosystèmes ainsi que les espèces indigènes de sa province.

La nouvelle loi, selon le ministre, complétera les lois sur la faune et sur les espèces menacées en assurant une protection aux animaux, aux plantes et à leurs écosystèmes avant qu’ils ne deviennent menacés.

Le ministre a donné l’exemple des chauves-souris. L’animal a été décimé par le syndrome du museau blanc, un champignon qui cause une infection fongique. Selon M. Rankin, la nouvelle loi aurait pu empêcher que la population de chauve-souris s’effondre.

Iain Rankin le 8 novembre 2018 à Halifax.

Le ministre des Terres et de la Foresterie, Iain Rankin.

Photo : Radio-Canada / CBC/Robert Short

Le projet de loi donnera aussi le pouvoir au gouvernement de créer rapidement des zones de protection de la biodiversité, lorsqu’une espèce atteint un seuil critique. Il pourra aussi émettre des ordonnances de protection empêchant l’importation, la vente ou la distribution d’espèces envahissantes qui ne sont pas incluses dans la réglementation existante, de façon à prévenir la destruction d’écosystèmes.

La nouvelle loi s’appliquera essentiellement aux terres de la Couronne.

Une première

Avec son projet de loi, la Nouvelle-Écosse deviendra la première province à légiférer pour protéger la biodiversité, affirme Craig Smith, directeur des programmes à Conservation de la nature Canada.

Il reste à préciser, dit-il, les détails des mesures de protection pour savoir si elles protégeront efficacement les écosystèmes.

La formulation [du projet de loi] et les pouvoirs du ministre, sa capacité [...] à émettre des ordonnances concernant les activités qui menacent les écosystèmes et les espèces, seront très importants.

Il souhaite que la future loi s’applique aussi, un jour, aux terres privées de la Nouvelle-Écosse, riches en espèces et en écosystèmes uniques.

Enchevêtrement d'arbres dans une forêt ancienne près d'Halifax.

Cette forêt renferme une pruche du Canada de 122 ans.

Photo : Mersey Tobeatic Research Institute

Le Centre d’action écologique d’Halifax estime que ce projet de loi représente une première étape essentielle vers la protection de la biodiversité, qui est en chute libre partout sur la planète, rappelle Raymond Plourde, du groupe environnemental.

Les règlements qui accompagneront le projet de loi seront formulés en consultation avec des groupes comme le Centre d’action écologique, les Premières Nations et le public en général. Les consultations commencent immédiatement, selon un porte-parole gouvernemental.

Avec les informations de CBC

Nouvelle-Écosse

Protection des écosystèmes