•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le vaccin contre la rougeole, « un devoir collectif moral », selon un médecin

Un enfant est sur le point de recevoir un vaccin.
De nouveaux cas de rougeole sont rapportés au Canada, où cette maladie avait été éradiquée il y a plus de 20 ans. Photo: iStock
Radio-Canada

À 87 %, le taux de vaccination contre la rougeole des enfants qui entrent à l'école est trop bas au Nouveau-Brunswick, soutient le Dr Gabriel Girouard, du Centre hospitalier universitaire Dr-Georges-L.-Dumont.

Si 87 % peut sembler être un taux élevé, il est encore trop bas et devrait s’élever au-dessus de 90 %, selon le Dr Girouard, qui est microbiologiste et infectiologue.

Les gens ont oublié le caractère grave de cette maladie, mais aussi le caractère extrêmement contagieux de la maladie.

Dr Gabriel Girouard
Dr Gabriel Girouard en entrevue à l'extérieur des studios de Radio-Canada à Moncton en mars 2019.Dr Gabriel Girouard, microbiologiste et infectiologue. Photo : Radio-Canada

Gabriel Girouard explique que le ratio de reproduction d'un agent infectieux est particulièrement élevé dans le cas de la rougeole. Un ratio de 1 signifie qu'une personne peut infecter une autre personne.

Lorsque ce ratio est au-dessus de 1 et approche 2, une épidémie avec des proportions vraiment exponentielles peut rapidement apparaître, indique-t-il.

Le ratio de reproduction de la grippe est d'environ 1,3 et celui d'Ebola aux alentours de 1,7.

Or, pour la rougeole, ce ratio approche de 20, souligne le Dr Girouard. C'est extrêmement contagieux et peut rapidement prendre, dans une population susceptible, des proportions extrêmement graves et rapidement épidémiques.

C'est plus un devoir collectif moral d'assurer que tout le monde soit vacciné, pour éviter justement la réémergence de ces maladies, qui sont très graves.

Dr Gabriel Girouard

Le spécialiste déplore que le mouvement antivaccination, basé sur de la désinformation et favorisant la promotion de pseudosciences, ait fait des adeptes ces dernières années.

Ce mouvement, malheureusement, il prend de l'ampleur. On le voit à travers les médias sociaux, des messages qui passent à travers certaines personnes connues et malheureusement, ça brouille énormément le message de l'importance de la vaccination, dénonce le Dr Girouard.

Le résultat de cette propagande, ce sont de jeunes adultes qui sont très ambivalents par rapport à la vaccination, déplore le médecin. Ce n'est pas comme ça qu'on devrait réfléchir à propos de la vaccination concernant ces maladies infantiles graves.

Le médecin rappelle aux parents que le vaccin MMR contre la rougeole, la rubéole et les oreillons se donne en deux doses. C'est cette deuxième dose qui est malheureusement souvent oubliée, dit-il. Elle se donne quelques mois ou quelques années plus tard, et augmente la protection contre la maladie.

Nouveau-Brunswick

Vaccination