•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La croissance économique de la Colombie-Britannique ralentie par l’immobilier, dit un rapport

Les derniers étages d'un immeuble en construction à Vancouver.

Le marché immobilier de la Colombie-Britannique a ralenti depuis la mise en viguer de nouvelles règlementations en début 2018.

Photo : Radio-Canada / Anne-Julie Tetu

Eva Uguen-Csenge

La Colombie-Britannique, qui bénéficie depuis plusieurs années d'une des plus fortes croissances économiques au pays, prévoit un ralentissement de l'économie de près d'un pour cent en 2019. Le ralentissement du marché immobilier en serait la raison principale, selon un rapport.

La caisse de crédit Central 1 Credit Union prévoit une croissance de 2,1 % de l’économie en Colombie-Britannique en 2019, soit une baisse par rapport à la croissance de 2,8 % en 2018 et celle de 3,8 % en 2017.

« Le facteur déterminant de [ce ralentissement], c’est le marché immobilier », a expliqué Brian Yu, économiste en chef chez Central 1 Credit Union. « L’ampleur du ralentissement est plus importante que ce qu’on avait prévu. »

Selon lui, la construction de nouvelles maisons et l’achat de maisons ont été freinés par plusieurs mesures gouvernementales pour réglementer le marché.

« Au début de 2018, on a vu l’introduction de simulation de crise pour les hypothèques, et ensuite la mise en vigueur de la taxe sur la spéculation et le renforcement de la taxe sur les acheteurs étrangers », dit M. Yu.

Cependant, le marché du travail est en bonne santé en Colombie-Britannique, selon l’économiste Julien Picault.

« On a un taux de croissance des salaires des plus élevés au pays donc c'est sûr qu'on est aujourd’hui en bonne position même si c'est quelque chose qui n’est pas garanti pour toutes les années à venir », a expliqué ce professeur de l’Université de la Colombie-Britannique.

Central 1 Credit Union souligne également le taux de chômage de la province qui est prévu de diminuer à 4 % en 2021.

La Colombie-Britannique mise sur ses grands projets

À part le marché immobilier, le rapport indique que la perspective économique de la province reste relativement stable grâce à plusieurs grands projets, dont celui de 40 milliards de LNG Canada pour son projet d'exploitation de gaz naturel liquéfié, la reconstruction du pont Patullo, la ligne de SkyTrain vers l’Université de la Colombie-Britannique et le réaménagement d’hôpitaux dans plusieurs régions.

« Ce sont des projets qui vont être à long terme, je ne parle pas des effets environnementaux qui pourraient aller dans l’autre sens, mais en termes d’économie, en termes d'argent, c'est sûr que ce sont des projets qui vont participer à la croissance de la province », a expliqué M. Picault.

Vue de côté sur la structure d'un pont

Le pont Pattullo enjambe le fleuve Fraser pour relier Surrey à New Westminster.

Photo : CBC

La province confiante en son plan

De son côté, le gouvernement provincial affirme aller dans la bonne direction et que les mesures pour contrer la spéculation ont accompli leur objectif.

« La modération dans le marché immobilier est un signe positif pour les gens qui veulent s’établir et devenir propriétaires dans la communauté où ils habitent et travaillent », a déclaré la ministre des Finances, Carole James, dans un communiqué.

Une femme habillée en blanc derrière un micro.

La ministre des Finances Carole James présente le budget provincial à Victoria le 19 février 2019.

Photo : Radio-Canada / Adrien Blanc

Elle ajoute que la Colombie-Britannique se porte bien financièrement et que le budget est prudent et équilibré.

Le rapport de Central 1 Credit Union prévoit d’ailleurs que la croissance économique augmentera de nouveau pour atteindre 2,4 % en 2020 et 2,8 % en 2021.

Colombie-Britannique et Yukon

Finances publiques