•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les nouvelles règles de la formation obligatoire des poids lourds loin de faire l'unanimité

Un camion poids lourd.

La formation obligatoire de 121,5 heures en classe et derrière le volant pour les chauffeurs de semi-remorques désirant obtenir un permis commercial de classe 1 entre en vigueur vendredi en Saskatchewan.

Photo : Radio-Canada

Omayra Issa

La formation obligatoire pour les conducteurs de semi-remorques désirant obtenir un permis commercial de classe 1 entre en vigueur vendredi, en Saskatchewan, mais certaines familles des victimes de la tragédie des Broncos sont loin d'être satisfaites.

La mesure, qui comprend 121,5 heures de formation en classe et derrière le volant, avait été annoncée en décembre dernier.

La formation sera axée sur des domaines prioritaires comme les techniques de conduite de base, les habitudes de conduite professionnelle, l'inspection des véhicules et les freins à air comprimé.

Les camionneurs détenant déjà leur permis commercial de classe 1 vont bénéficier d'une clause de droits acquis. Les employés des écoles de formation vont par ailleurs recevoir des formations spécifiques pour connaître les nouvelles normes. La progression des nouveaux conducteurs sera évaluée par la province au cours des 12 mois suivant l'obtention de leur permis.

Toutefois, les personnes qui conduisent des camions pour des activités agricoles seront exemptées des nouvelles règles de formation obligatoire et de la période de contrôle supplémentaire de 12 mois.

Lyle Brons, dont la fille, Dayna Brons, la thérapeute sportive de l'équipe, a péri dans l'accident, déplore vivement cette dispense.

Il faut que ce soit plus difficile pour les gens de conduire sur les routes.

Lyle Brons, père de Dayna Brons, morte dans l'accident des Broncos de Humboldt

Lyle Brons est aussi en faveur d'un système de délivrance graduelle des permis de conduire en fonction notamment de la taille des véhicules. Comme plusieurs familles des victimes des Broncos, il a d'ailleurs signé une pétition à cet effet.

Les municipalités rurales réclament plus d’action

Les municipalités rurales de la Saskatchewan demandent également à la province d'aller encore plus loin.

Mardi, elles ont voté en faveur d'une résolution pour que la province impose à tous les conducteurs de camions semi-remorques qui empruntent les routes de la province d'avoir une formation et un permis commercial de classe 1.

Elles souhaitent que cela s'applique non seulement aux chauffeurs en provenance d'autres provinces canadiennes, mais aussi à ceux des États-Unis.

La Saskatchewan se défend

De son côté, la Société d'assurance d'assurances de la Saskatchewan (SGI) soutient que, même si les fermiers ne sont pas tenus d'avoir 121,5 heures de formation en classe et derrière le volant, ils doivent se conformer à de nouveaux tests plus rigoureux.

Dans un message envoyé à Radio-Canada, la SGI ajoute que le gouvernement consulte présentement l'industrie agricole sur les effets potentiels d'une formation obligatoire.

Ces consultations sont sur le point de se conclure et tout changement éventuel sera annoncé sous peu, promet le gouvernement saskatchewanais.

Le gouvernement provincial a rappelé l'importance de rendre les routes de la province sécuritaires, afin d’éviter des tragédies comme celle de l'accident des Broncos de Humboldt, survenu en avril dernier.

Cette collision qui a fait 16 morts et 13 blessés a démontré les faiblesses de la formation destinée aux camionneurs. Le conducteur du camion semi-remorque, Jaskirat Singh Sidhu, n'avait eu que deux semaines de formation.

Les familles avaient dénoncé le manque de règles entourant la conduite de poids lourds et avaient demandé une loi sur le plan national.

Saskatchewan

Politique provinciale