•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Succès académique des Autochtones : les Micmacs font figure de chefs de file au Canada

Le chef Leroy Denny et la ministre Carolyn Bennett échangent des cadeaux lors de l'annonce de la signature d'une entente sur l'éducation le 14 mars 2019 en Nouvelle-Écosse.
Le chef Leroy Denny et la ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett. Photo: Radio-Canada / CBC / Craig Paisley
Radio-Canada

Il y a vingt ans, seulement 30 % des élèves micmacs en Nouvelle-Écosse terminaient l'école secondaire. Aujourd'hui, 90 % d'entre eux obtiendront leur diplôme.

C’est la meilleure performance parmi les réserves au Canada, et plus du double du taux national de 36 % pour les élèves des Premières Nations vivant dans les réserves.

Pour les Autochtones de la Nouvelle-Écosse et pour le gouvernement fédéral, les raisons de ce succès sont claires : la prise en charge par les Micmacs de leur éducation.

Il y a une vingtaine d’années, les Micmacs de la Nouvelle-Écosse obtenaient l’autonomie de la gestion de leurs écoles élémentaires et secondaires, par l’entremise de Mi’kmaw Kina’matnewey, ou MK, un conseil d'éducation micmac.

Aucune des Premières Nations micmaques de la province ne possédait sa propre école à la fin des années 1990 ; les enfants prenaient l’autobus pour aller à l’école hors de leurs communautés.

L'organisme Mi'kmaw Kina'matnewey aide les écoles de communautés locales à mettre en oeuvre des programmes d'immersion linguistique et d'autres programmes adaptés à la culture.

C’était un rêve, dit Leroy Denny, chef de la Première Nation d’Eskasoni, au Cap-Breton, et directeur de MK. Un rêve que les Micmacs puissent gérer leur propre éducation et puissent atteindre des niveaux que les Canadiens ne croyaient pas possibles.

Le chef Leroy Denny le 14 mars 2019.Le chef Leroy Denny. Photo : Radio-Canada / CBC / Craig Paisley

Non seulement le taux de diplomation des élèves micmacs s’est-il accru considérablement, mais l’écart avec le système scolaire provincial a presque été comblé. Pour l’année scolaire 2016-2017, Mi’kmaw Kina’matnewey rapportait un taux d’obtention de diplôme de 89,6 % alors que celui de la Nouvelle-Écosse s'élevait à 92,3 %.

Jeudi, 12 chefs des Premières Nations micmaques de la Nouvelle-Écosse et la ministre fédérale des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, ont signé le renouvellement une entente de financement sur l’éducation des Micmacs. Elle s’élève à 600 millions de dollars pour les 10 prochaines années.

L'Entente sur l'éducation des Mi'kmaq démontre clairement que l'autodétermination mène à de meilleurs résultats, selon la ministre Bennett.

Les précédentes ententes avec le gouvernement fédéral ne duraient que cinq ans.

D'après les récentes données du gouvernement fédéral, il y a 3000 élèves de la maternelle à la 12e année dans les réserves de la Nouvelle-Écosse et plus de 600 étudiants dans les établissements postsecondaires de la province. Les Autochtones représentent 2,7 % des quelque 960 000 habitants de la Nouvelle-Écosse.

Avec les informations de La Presse canadienne

Nouvelle-Écosse

Autochtones