•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux maisons patrimoniales du Grand Montréal devront être restaurées

La maison Charbonneau, dont toutes les fenêtres et les portes sont placardées.

Abandonnée depuis des années, la maison Charbonneau à Laval est dans un piteux état.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Radio-Canada

Les propriétaires de deux maisons qui datent du 18e siècle, une à Laval, l'autre à Carignan, ont été sommés par Québec de les restaurer.

À Laval, les avocats de la procureure générale du Québec ont entamé la semaine dernière des démarches judiciaires pour forcer Elena Agostino, propriétaire de la maison Charbonneau, à y faire des réparations.

Mme Agostino est propriétaire depuis 2008 de cette maison construite en 1736 et classée monument historique depuis 1977. Dans un document judiciaire, Québec souligne qu’elle était au courant de l’état de la maison et des obligations qui lui incombaient.

En 2014, Vincenzo Agostino, le père de la propriétaire, a demandé au ministère de la Culture que la maison, qui est à l’abandon depuis longtemps, puisse être démolie, ce qui a été refusé.

Vincenzo Agostino dit que deux employés de la Ville l’ont contacté récemment pour savoir s’il pouvait leur vendre la maison et le terrain de 1300 mètres carrés. Il dit être prêt à donner la maison si la Ville achète le terrain, qui vaut 110 000 $ selon l’évaluation municipale, mais plutôt autour de 250 000 $ sur le marché.

Il a récemment fait faire des soumissions pour les rénovations exigées et la facture s’annonce salée.

Les travaux de maçonnerie pour consolider un mur de pierres latéral qui menace de s’effondrer coûteraient 150 000 $. Il faudrait ajouter 75 000 $ pour refaire les portes et fenêtres, et encore 75 000 $ pour le toit et la charpente qui soutient le premier étage, ce qui totalise 300 000 $. Or, une maison de cette dimension vaut environ 450 000 $ sur le marché à Laval.

Comme la maison est classée, le ministère de la Culture pourrait toutefois subventionner 40 % de ces travaux. La Ville de Laval pourrait également fournir une subvention de 12 500 $, montant qu’elle voudrait doubler.

Et c’est sans compter la plomberie, l’électricité et l’aménagement d’une cuisine et d’une salle de bain.

En raison des procédures judiciaires, le ministère de la Culture n’a pas voulu commenter la situation.

La maison Charbonneau est l'une des cinq maisons du 18e siècle qui sont toujours debout à Laval.

La maison Louis-Degneau, à Carignan

Olivier Leclerc devant la maison Louis-Degneau située à Carignan.

Olivier Leclerc devant la maison Louis-Degneau située à Carignan.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

À Carignan, en Montérégie, une autre maison classée a fait l’objet d’une intervention du ministère de la Culture. Cette fois-ci, ce n'est qu'une simple mise en demeure, que la famille Leclerc, qui est propriétaire de la maison, compte respecter.

Il s’agit de la maison Louis Degneau, une maison rurale d’inspiration française construite vers 1790.

Selon Olivier Leclerc, c’est la démolition de la maison Boileau, en novembre dernier à Chambly, qui a entraîné l’envoi de cette mise en demeure, dans laquelle le ministère enjoint aux propriétaires de chauffer la maison, d’en refaire la maçonnerie, etc.

Les plans et devis pour la restauration ont déjà fait l’objet de discussions entre les propriétaires et le ministère de la Culture.

Aussi paradoxal que ça puisse sembler, la famille Leclerc est amoureuse du patrimoine.

Sur son terrain, on trouve deux maisons historiques classées, une à côté de l'autre.

Vue sur la maison Saint-Hubert, dont les murs sont tout blancs

La maison Saint-Hubert est une maison de ferme érigée vers 1785 dans la ville du même nom. Elle a été démontée et reconstruite à Carignan en 1961. Elle est voisine de la maison Louis-Degneau et appartient aussi à la famille Leclerc qui l'habite.

Photo : Radio-Canada / René Saint-Louis

Il y a la maison Degneau, mais aussi la maison Saint-Hubert, une maison de ferme construite vers 1785 à Saint-Hubert, qui a été démontée en 1961 et remontée à Carignan. C’est Monique Leclerc qui l’habite.

Robert Leclerc et leur fils Olivier habitent quant à eux dans une ancienne grange aménagée en condo, sur le même terrain.

La maison Degneau, elle, est inhabitée depuis cinquante ans, mais elle n’est pas abandonnée. Les fondations ont été refaites il y a une vingtaine d’années, quand Québec a décidé d'élargir le chemin Chambly en empiétant sur le terrain de ces deux maisons classées.

La famille hésitait à la restaurer, parce qu’elle n’était pas reliée aux réseaux d’eau et d’égout de la municipalité, ce qui a été fait en mars 2018. La famille avait alors déjà pris la décision de procéder à la restauration avec une formule « clé en main », selon laquelle un éventuel acheteur aurait son mot à dire sur tous les paramètres.

D'après les reportages de René Saint-Louis

Grand Montréal

Société