•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des centaines d'employés de London se disent victimes de harcèlement, selon un sondage indépendant

Une femme marche devant l'hôtel de ville de London.

Des employés de la Ville de London dénoncent une culture de peur au sein de leurs organisations.

Photo : La Presse canadienne / Geoff Robins

Radio-Canada

Une enquête indépendante réalisée pour la Ville de London révèle que près de 400 employés de la municipalité ont été victimes de harcèlement, d'intimidation, de représailles et de discrimination au travail.

La firme d’avocats indépendante Rubin Thomlinson LLP a envoyé un sondage à 3800 travailleurs municipaux et anciens travailleurs de la Ville. D’entre eux, 779 ont répondu et 383 confirment avoir été victimes d'un ou plusieur de ces types d’abus professionnel.

Le comportement dont les employés étaient le plus souvent victimes, selon le rapport, est l’intimidation et le harcèlement.

Plusieurs employés se sont aussi plaints du processus de déposition des plaintes lui-même.

Une personne a qualifié le processus de dénonciation épuisant et affirme qu’elle n’a pas été soutenue lors de l’enquête. Une autre personne a souligné que ses actions contre des propos scandaleux n’ont jamais rien donné de la part des ressources humaines et de l’administration de London.

Ce qui est très clair, c’est que les gens sont mécontents du procédé dénonciateur et des politiques, alors c’est ce sur quoi nous allons nous pencher en premier, dit Bill Coxhead, le directeur et administrateur des services corporatifs de la Ville et chef des ressources humaines de London.

L'hôtel de ville de London

L'hôtel de ville de London

Photo : CBC / Colin Butler

Selon Rubin Thomlinson LLP, London devrait :

  • Combiner ses politiques sur le harcèlement, l’intimidation et autres comportements similaires pour créer une seule politique de lieu de travail respectueux, en incluant un seul processus pour faire une plainte
  • Améliorer de temps de réponse lorsqu’une plainte est déposée
  • Mieux préparer les gestionnaires à composer avec les comportements difficiles
  • Embaucher un ombudsman indépendant afin qu’il agisse à titre de ressource confidentielle
  • Faire place à plus de transparence lors des enquêtes
  • Aider les employés à ne pas avoir peur de dénoncer les situations difficiles

Si les recommandations sont acceptées par la Ville, on s’attend à ce qu’un plan d’action soit ébauché d’ici les trois prochains mois.

L’enquête indépendante a été initiée en 2018 à la demande de plusieurs employés qui se sont plaints auprès du Centre des femmes victimes de violence de London. En une semaine, 68 femmes ont appelé le centre pour avertir sa directrice, Megan Walker, qu’elles vivaient du harcèlement au travail.

La firme a émis ses recommandations cet hiver et le comité des services corporatifs les examinera pour la première fois le 19 mars 2019.

Windsor

Politique municipale