•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le MEGA et le MIGS sous le même toit en 2019

Un dessin d'une femme assise en tailleur en train de jouer à des jeux vidéo devant un grand téléviseur.

Le salon MEGA permettra aux joueurs d'essayer les jeux d'une soixantaine de studios québécois et d'une dizaine de studios étrangers.

Photo : iStock

Karl-Philip Vallée

La Guilde des développeurs de jeux vidéo indépendants du Québec et l'Alliance numérique uniront leurs forces du 16 au 19 novembre prochain pour présenter le festival de jeux vidéo MEGA+MIGS dans le Vieux-Port de Montréal.

Le Montreal Expo Gaming Arcade (MEGA), un salon annuel consacré aux jeux vidéo mettant l’accent sur les jeux indépendants québécois, a été présenté à deux reprises jusqu’ici. L’événement se tenait au cours d'une fin de semaine au marché Bonsecours et s’adressait au grand public.

Le Sommet international du jeu de Montréal (MIGS) est, quant à lui, présenté depuis 2004 dans la métropole québécoise et réunit chaque année certains des plus grands noms de l’industrie. Cet événement prestigieux s’adresse aux professionnels, qui y trouvent des conférences, des ateliers et des événements de réseautage. Les activités du MIGS continueront d'être offertes seulement aux professionnels.

Jusqu’ici, le MEGA et le MIGS se suivaient à quelques jours d’intervalle et étaient organisés de façon indépendante. « Au MIGS, on reçoit chaque année quasiment 2000 délégués de partout dans le monde, explique Nadine Gelly, directrice générale de l’Alliance numérique. On s’est dit qu’en rapprochant le MIGS et le MEGA, ça devenait une vitrine pour tous les jeux indépendants du Québec, et que les délégués internationaux pourraient découvrir tout ce qui se fait ici. »

Gagnant-gagnant

Selon Mme Gelly, cette collaboration entre un événement professionnel et un événement grand public sera une première au Canada. « Il y en a quelques-uns ailleurs dans le monde, mais la plupart du temps, c’est séparé », précise-t-elle.

Nadine Gelly indique que les deux organisations y trouvent leur compte, puisque les studios d’ici peuvent à la fois faire connaître leurs jeux au public québécois et aux délégués internationaux. Les professionnels de l’industrie qui participent au MIGS peuvent, de leur côté, faire rayonner l’industrie afin de convaincre la prochaine génération de se former dans des métiers du jeu vidéo.

« Nous allons [...] faire en sorte que cette union se poursuive afin que toute l’industrie du jeu vidéo québécoise puisse parler d’une même voix, chez nous comme dans le monde », a pour sa part ajouté Jean-Martin Aussant, directeur général de la Coop La Guilde, par voie de communiqué.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Jeux vidéo

Techno