•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cellules de mammouth « réactivées »

Le jeune mammouth qui a vécu en Sibérie il y a environ 28 140 ans a été surnommé Yuka.

Le jeune mammouth qui a vécu en Sibérie il y a environ 28 140 ans a été surnommé Yuka.

Photo : DOE/Argonne National Laboratory

Agence France-Presse

Des cellules de mammouth vieilles de 28 000 ans ont été « réveillées » après avoir été implantées dans des ovocytes de souris. Mais, même aidé par un plus petit que lui, le mastodonte a peu de chance de ressusciter.

Dans ce projet mené au Japon, une équipe internationale a pris des noyaux de cellules d'un mammouth bien conservé découvert en 2011 dans le pergélisol sibérien et les a introduites dans des dizaines de cellules sexuelles de souris femelles.

Cinq ont eu des réactions biologiques caractéristiques du début de la division cellulaire, a expliqué Kei Miyamoto, un membre de l'équipe de l'Université Kindai dans l'ouest du Japon.

Aucune, toutefois, n'est entrée dans la phase de division qui aurait été nécessaire à la création d'un mammouth, a-t-il précisé à l'AFP.

« Cela montre que, malgré les années, une activité cellulaire peut encore se produire », a-t-il déclaré. « Jusqu'à présent, de nombreuses études se concentraient sur l'ADN fossile et non pas sur le fait de savoir s'il fonctionne toujours », a-t-il ajouté.

« Diverses approches »

Les résultats de cette recherche dans la revue Scientific Reports donnent peu d'espoir de voir une résurrection à la Jurassic Park d'espèces éteintes depuis longtemps, a-t-il averti. « Nous avons aussi constaté que les dommages subis par les cellules étaient très profonds. »

« Nous n'avons pas même encore vu de division cellulaire et je dois donc dire que nous sommes très loin de la reproduction d'un mammouth ». Cette université a travaillé avec d'autres établissements japonais et russes à l'étude et l'éventuel clonage du mammouth et prévoit explorer d'autres méthodes destinées à redonner vie au géant préhistorique.

« Nous avons besoin de nouvelles technologies, nous voulons tenter diverses approches », a déclaré M. Miyamoto

Paléontologie

Science