•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Six mois de prison pour un ex-policier de la SQ reconnu coupable de fraude

Nicolas Landry
Nicolas Landry Photo: Radio-Canada
Radio-Canada

Un ancien policier de la Sûreté de Québec (SQ) a pris le chemin de la prison jeudi matin. Nicolas Landry restera six mois derrière les barreaux pour une fraude de 42 000 $ à l'égard de son employeur.

L'ancien sergent-enquêteur de l'escouade régionale mixte de la Montérégie était en congé de maladie et il touchait un salaire de la SQ alors qu'il occupait en parallèle un emploi à l'agence de voyages de son épouse.

Arrêté en juillet 2016, il a été reconnu coupable en octobre 2018.

Selon le juge André Perreault, de la Cour du Québec, Nicolas Landry a agi par cupidité en voulant s'assurer de pouvoir retirer son plein salaire de la SQ sans y travailler.

Ses fonctions professionnelles ont d'ailleurs été considérées comme un facteur aggravant par le magistrat, qui a évoqué une rupture du lien de confiance.

Une carrière gâchée

Nicolas Landry était policier à la SQ depuis 2001.

Placé en congé maladie en 2009 en raison d'une dépression, le policier a menti ou omis volontairement de mentionner ses occupations lors d'une évaluation psychiatrique en 2014. Il avait alors dit qu'il ne faisait pas grand-chose de ses journées, alors qu'il avait fait une vingtaine de voyages un peu partout dans le monde et qu'il prenait des décisions importantes dans l'agence de voyages de sa femme.

« On est satisfait dans la mesure où c'est une peine de détention ferme », a déclaré le procureur de la Couronne Patrick Cardinal à sa sortie de la salle d'audience. « On demandait un an, sauf que la défense demandait quand même une sentence suspendue, donc une absence de détention. Le juge a tranché entre les deux. »

« Je pense que la décision est très motivée », a-t-il ajouté. « On va prendre le temps de la lire, mais ça semble être une décision qui est bien basée sur le droit et sur la preuve. »

Une demande particulière

Après la lecture de la sentence, Nicolas Landry a réclamé de pouvoir jouir d'un délai d'une semaine avant de se porter détenu afin de porter secours à un membre de sa famille dont la maison aurait été incendiée récemment.

Sa requête a été aussitôt rejetée par le juge Perreault, qui a expliqué que le Code criminel ne contenait aucun article permettant de reporter une détention.

Seule consolation pour Nicolas Landry : il n'aura pas à rembourser les 42 000 $ qu'il doit à la SQ, puisqu'il a fait faillite en 2016 et que le juge ne croit pas qu'il aurait les moyens de rembourser cette somme.

Avec les informations de Valerie-Micaela Bain

Procès et poursuites

Justice et faits divers