•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ces 12 murales qui ont transformé Montréal

On voit quatre murs de quatre édifices avec des murales représentant quatre saisons.
Les murales de la série « Les saisons montréalaises » réalisées par David Guinn et Phillip Adams Photo: Olivier Bousquet
Cecile Gladel

Depuis 12 ans, l'organisme MU colore les édifices et dessine sur les murs de Montréal. De la première murale en 2007 à la plus récente, 120 œuvres extérieures ont été peintes sur les murs de la métropole.

On doit ajouter les 300 murales intérieures qui ont été faites avec des adolescents en milieu scolaire et communautaire.

L'objectif de MU est de démontrer que l’art dans l’espace public est un vecteur de changement. « On a toujours dit que ce n’était pas seulement de la décoration et des cartes blanches pour les artistes, mais que les murales ont un effet d'entraînement. En plus, elle donne un accès à l’art, c’est gratuit et accessible », explique Elizabeth-Ann Doyle, cofondatrice et directrice générale et artistique de MU.

L'organisme MU fait partie des huit finalistes du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal

Évidemment, la murale doit être belle, mais les artistes doivent prendre en considération l’environnement, le quartier, le contexte et les citoyens. D’ailleurs, Elizabeth-Ann Doyle souligne qu’il y a une appropriation par les citoyens et une fierté qui dépassent l’œuvre d’art.

Il y a une prise en charge, moins de déchets, des gens verdissent, fleurissent [leur quartier]. Avec les murales viennent plein de petits gestes de beauté.

Elizabeth-Ann Doyle

Les murales permettent aussi aux citoyens de découvrir le processus de création, d’apprendre la démarche des artistes, car ce sont des projets de longue haleine.

« Souvent au début, les gens sont méfiants, après un mois, les gens amènent des chaises pliantes pour regarder les artistes travailler. Ils posent des questions et s’intéressent au processus de création. C’est un impact énorme dans un milieu », soutient la cofondatrice de l’organisme.

Pour prouver ses dires, Elizabeth-Ann Doyle a choisi les 12 murales les plus marquantes de MU et elle justifie ses choix.

Les 12 murales choisies


Rencontre entre les cultures (Nouvelle fenêtre), de Yannick Picard, assisté par Sophie Boivin et Karine Fréchette

Sur plusieurs murs, on voit diverses personnes issurs des minorités culturelles.La première murale de l'organisme MU, au coin Pie-IX et 47e Avenue : Rencontre entre les cultures, de Yannick Picard Photo : Stephane Cocke

Lieu : le centre éducatif et communautaire René-Goupil au coin du boulevard Pie-IX et de la 47e Avenue

Réalisée en 2007 pour le 30e anniversaire du centre

C’est la première murale de MU.

Elle a pavé la voie et ouvert toutes les portes, et surtout, elle est encore belle et pertinente 12 ans après sa création.

Elizabeth-Ann Doyle

Manifeste à Paul-Émile Borduas (Nouvelle fenêtre), de Thomas Csano, en collaboration avec le calligraphe Luc Saucier

Les deux murs d'une ruelle sont couverts de mots en rouge,noir et blanc.Manifeste à Paul-Émile Borduas, de Thomas Csano en collaboration avec le calligraphe Luc Saucier Photo : Olivier Bousquet

Lieu : place Paul-Émile-Borduas, entre l'avenue Savoie et la rue Saint-Denis

Réalisée en 2010 et 2011 pour le cinquantième anniversaire du décès de Paul-Émile Borduas et le cinquième anniversaire de la Grande Bibliothèque

C’est la première murale de la série Hommage aux bâtisseurs culturels de Montréal.

Cette murale a aussi changé le Quartier latin et le secteur de BAnQ. D’un point de vue graphique, elle est moderne et c’est une murale didactique, mais résolument contemporaine. Ce n’est pas une murale à l’esthétique historique.

Elizabeth-Ann Doyle

Les conteurs (Nouvelle fenêtre), de Richard Morin, assisté par Annie Hamel, Florence April-Borgeat, Olivier Roy et Nico

La direction artistique de l’œuvre a été assurée par François Vincent, Danielle Lévesque et Elizabeth-Ann Doyle.

Des visages avec des corps d'animaux sont peints sur le mur d'un édifice.La murale de MU Les conteurs, de Richard Morin Photo : MU

Lieu : l'avenue Laurier entre les rues Drolet et Saint-Denis

Réalisée en 2011 pour les 50 ans de l’École nationale de théâtre (ENT)

L’organisme Mu a travaillé avec Richard Morin, un artiste peintre diplômé de l’ENT pour cette murale.

Il n’avait aucune expérience et nous l’avons soutenu avec une équipe de six artistes muralistes. Nous avons recueilli 80 % du financement en dons privés provenant du milieu des arts de la scène, notamment d’anciens élèves de l’ENT.

Elizabeth-Ann Doyle

Printemps (Nouvelle fenêtre), de Philippe Allard, assisté de Nina Slykhuis-Landry, Éloïse Comtois-Mainville, Pascal Foisy-Lapointe, Renaud Payant-Hébert, Samantha Petrella, William Patrick et Nicolas Chevrier-Craig

Des lignes de couleurs sont peintes sur le béton d'un tunnel.La murale Printemps, de Philippe Allard Photo : Olivier Bousquet

Lieu : le tunnel piétonnier reliant l’édicule principal de la station de métro Champ-de-Mars au Vieux-Montréal

Réalisée en 2013 en hommage à Marcelle Ferron, qui est l’artiste derrière les vitraux de la station Champ-de-Mars, cette murale fait partie de la série Hommage aux bâtisseurs culturels de Montréal.

Nous avons complètement transformé la perception des Montréalais qui doivent utiliser ce tunnel qui était glauque.

Elizabeth-Ann Doyle

Qanuqtuurniq « ingénieux et innovant » (Nouvelle fenêtre), de Johnny Samayuali, Parr Josephee, Saaki Nuna, Tommy Quvianaqtuliaq et Salomonie Ashoona en collaboration avec Embassy of Imagination (Patrick Thompson et Alexa Hatanaka)

Diverses images colorées sont peintes sur le mur d'un édifice.Qanuqtuurniq « ingénieux et innovant », de Johnny Samayuali, Parr Josephee, Saaki Nuna, Tommy Quvianaqtuliaq et Salomonie Ashoona en collaboration avec Embassy of Imagination (Patrick Thompson et Alexa Hatanaka) Photo : Olivier Bousquet

Lieu : les Habitations Coupal dans le quartier Centre-Sud au 2360, rue Ontario Est

Réalisée en 2016 pour créer des échanges entre les villes canadiennes et les communautés

Parce que ce sont de jeunes adolescents venant de Cape Dorset, au Nunavut, qui ont conçu et réalisé cette murale. Ces enfants m’ont profondément marquée. Mon projet de cœur en 12 ans.

Elizabeth-Ann Doyle

Tower of Songs (Nouvelle fenêtre), d'El Mac et Gene Pendon

Le portrait de Leonard Cohen sur le mur d'une tour à Montréal.La célèbre murale en hommage à Leonard Cohen : Tower of Songs, d'El Mac et Gene Pendon Photo : Olivier Bousquet

Lieu : l'édifice du 1420, rue Crescent

Réalisée en 2017 en hommage à Leonard Cohen dans la série Hommage aux bâtisseurs culturels de Montréal

Quoi dire! Une grande murale. Des enjeux de taille. Elle est réussie à mes yeux, car elle représente bien l’homme. Elle évoque des émotions; de la bienveillance. Et aussi parce que les Montréalais se la sont appropriée instantanément. Elle fait rayonner la ville par l’art.

Elizabeth-Ann Doyle

Le marais (Nouvelle fenêtre), de Philippe Allard et Roadsworth

Des fleurs vertes sont peintes sur du bleu sur le mur d'un édifice.La murale Le marais, de Philippe Allard et Roadsworth Photo : Olivier Bousquet

Lieu : 614, rue de l’Église à Verdun

Réalisée en 2011, cette murale met en scène des espèces vulnérables reflétant un écosystème aussi menacé par le développement urbain.

C’était un terrain vague avant. L’arrondissement allait transformer ce lieu en parc public. Les artistes et les architectes se sont mutuellement inspirés. Le design du parc a fini par répondre à la murale. Tout est intégré. C’est une œuvre d’art qui a influencé un aménagement urbain.

Elizabeth-Ann Doyle

Les 15 murales des Habitations Jeanne-Mance

Quatre murs de quatre édifices sont peints de représentations des quatre éléments.Les quatre murales de la série « Les quatre éléments » aux Habitations Jeanne-Mance à Montréal. Elles ont été réalisées par Philip Adams. Photo : Olivier Bousquet

Lieu : situées au centre-ville de Montréal, les Habitations Jeanne-Mance sont composées de 28 immeubles d’habitation. Le site est entouré de la rue Sainte-Catherine au sud, du boulevard Saint-Laurent à l’ouest, de la rue Ontario au nord et de la rue Sanguinet à l’est.

C'est la première murale de la série « Les saisons montréalaises », réalisée en 2009. La première murale de la série « Les quatre éléments » a été faite en 2012. Ces deux séries ont été réalisées par de David Guinn et Phillip Adams.

Nous avons complètement modifié un milieu de vie. C’est une véritable "MU.e" dans le centre-ville. Un HLM au cœur du centre-ville de Montréal, un site stigmatisé, a changé. Aujourd’hui, tous les circuits d'autobus touristiques passent devant les Habitations Jeanne-Mance. Ce site est complètement transformé, embelli, et il est cité en exemple.

Elizabeth-Ann Doyle

Provoquez la paix (Nouvelle fenêtre), de Carlito Dalceggio, assisté par Phillippe Mastrocola

Peinte sur un chalet de parc, la murale représente des formes inconnues sur un fond rouge.La murale Provoquez la paix, de Carlito Dalceggio Photo : Jarret Gibbons

Lieu : les quatre murs du chalet du parc Howard au coin de l'avenue De L’Épée et de la rue Liège

Réalisée en 2011 en hommage au boxeur Mohamed Ali

C'est un chalet de parc entièrement peint. Ce projet a mobilisé tout un quartier. Des gens de 7 à 77 ans sont venus peindre. Jamais je n'avais vu un tel engouement des citoyens, alors qu’ils avaient une telle méfiance au début.

Elizabeth-Ann Doyle

Jeu de mots (Nouvelle fenêtre), de Thomas Csano, sous la direction de Lorraine Pintal et Elizabeth-Ann Doyle, réalisée par une équipe menée par l’artiste muraliste Florence April-Borgeat

Des mots et des noms d'auteurs sont écrits sur le mur d'un édifice.La murale Jeu de mots, de Thomas Csano (sous la direction de Lorraine Pintal et Elizabeth-Ann Doyle, réalisée par une équipe menée par l’artiste muraliste Florence April-Borgeat) Photo : Olivier Bousquet

Lieu : le Théâtre du Nouveau Monde, 84, rue Sainte-Catherine Ouest

Réalisée en 2012 pour le centenaire de l’édifice et les 60 ans du Théâtre du Nouveau Monde (TNM)

C’est une murale de typographie dont j’ai signé la codirection artistique avec Lorraine Pintal [directrice artistique du TNM]. C’était fantastique. Elle est différente et je l’aime.

Elizabeth-Ann Doyle

Le Jardin (Nouvelle fenêtre), de Mono Gonzalez, assisté par le collectif Artistes en arts visuels du nord de Montréal (AAVNM)

Le long d'un mur de multiples couleurs.Le Jardin, de Mono Gonzalez Photo : Olivier Bousquet

Lieu : l'école secondaire Lester B. Pearson, 11575, avenue P.-M.-Favier à Montréal-Nord

Réalisée en 2017 pour un projet de revitalisation urbaine

Cet artiste est une icône et une figure de proue de l’art mural sud-américain. C’est le grand-père de l'art de rue. Il a travaillé assisté de plusieurs artistes résidents de Montréal-Nord. C’était un bel échange et un honneur de le recevoir.

Elizabeth-Ann Doyle

La grande verte (Nouvelle fenêtre), de Julien Colombier

Des feuilles et de la verdure sur un mur.La grande verte, de Julien Colombier Photo : Olivier Bousquet

Lieu : un des murs extérieurs de l’Union Française, au coin des rues Viger et Berri

Réalisée en 2017 pour le 375e de Montréal et pour souligner les liens étroits qui unissent la France au Québec

Il y avait beaucoup d’itinérance dans ce parc, c’est la maison de beaucoup de personnes. Il s’est créé de magnifiques liens entre eux et l’artiste qui venait de France. Ce dernier a découvert le Québec avec les itinérants qui lui posaient des questions. Ils se sont mis à nettoyer le parc et à faire un effort. On a aussi réussi à créer une zone verte sans véritable plantation dans ce parc bétonné. La murale a permis de changer la perception de l’endroit.

Elizabeth-Ann Doyle

Grand Montréal

Art urbain