•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Cafouillage sur l'A13 en 2017 : les victimes règlent avec Québec, mais pas avec Montréal

Environ 300 véhicules ont été coincés sur l'autoroute 13 pendant des heures entre les 14 et 15 mars 2017. Photo: Radio-Canada / Simon-Marc Charron
La Presse canadienne

Québec accepte finalement de dédommager ceux que l'on a appelés « les naufragés de la 13 », ces automobilistes coincés durant plusieurs heures sur l'autoroute du même nom lors d'une tempête de neige dans la nuit du 14 au 15 mars 2017.

La Ville de Montréal, par contre, maintient sa position et l'action collective la visant se poursuivra donc.

Les avocats des requérants ont annoncé jeudi qu'une entente à l'amiable est intervenue pour indemniser les automobilistes, entente qui devra toutefois être entérinée par la Cour supérieure avant que les victimes puissent être indemnisées.

L'indemnisation va de 350 $ pour les personnes ayant été immobilisées durant quatre heures ou moins à 1100 $ pour celles qui ont été prisonnières des éléments durant 10 heures et plus.

À cela s'ajoute une bonification de 25 % pour diverses catégories de victimes, soit les enfants de moins de 12 ans, les personnes âgées de plus de 75 ans, les femmes enceintes, ainsi que les gens ayant des problèmes médicaux et ceux ayant été en arrêt de travail à la suite des événements.

Jusqu'ici, environ 2500 personnes sont inscrites à l'action collective.

L'incapacité des services publics à venir en aide aux victimes des autoroutes 13 et 520 avait incité le gouvernement du Québec à ordonner la tenue d'une enquête de la part d'un ancien dirigeant de la Sûreté du Québec (SQ), Florent Gagné.

Dans son rapport dévoilé deux mois plus tard, M. Gagné a écrit que le cafouillage avait été causé par des défaillances du système de communications de la SQ et du ministère des Transports (MTQ). Il a aussi conclu que les organismes responsables avaient sous-estimé la situation et mal communiqué à l'interne et entre eux.

La SQ avait indiqué à l'époque qu'elle avait déclenché une enquête interne et mis en place des mesures additionnelles à la suite des événements.

Justice et faits divers