•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Foyers de soins : le ton des négociations laisse un goût amer à d’autres syndicats

Les négociations de travailleurs de 46 foyers de soins inquiètent d'autres syndicats
Radio-Canada

La façon dont le gouvernement de Blaine Higgs, au Nouveau-Brunswick, négocie avec les employés de foyers de soins inquiète d'autres groupes de syndiqués de la fonction publique qui négocient le renouvellement de leur convention collective.

Ça nous inquiète absolument. On voit que le gouvernement n’a pas vraiment l'intention de négocier avec nous. On voit qu'il utilise des tactiques juridiques, des tactiques pour avoir plus de délais par rapport aux négociations, affirme Samuel LeBlanc, coordonnateur provincial pour le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), section 1190.

Le syndicat des manoeuvres et des métiers, qui regroupe par exemple des électriciens, des charpentiers et des ouvriers d'entretien, évalue tous les moyens d'action possible.

Est-ce qu'on passe à une vraie action concrète, par exemple une grève? C'est très possible qu'on va se rendre à ce point-là, estime Samuel LeBlanc.

C'est que les négociations, comme celles qui concernent des employés des foyers de soin, traînent en longueur.

Là, on attend, ça fait des mois, une réponse du gouvernement par rapport aux questions salariales, souligne Samuel LeBlanc.

Visiblement, la confiance ne règne pas.

Il y a de la négociation de mauvaise foi qui est faite par le gouvernement, puis ça nous cause énormément de problèmes.

Samuel LeBlanc, coordonnateur provincial pour le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), section 1190

Les négociations actuelles des travailleurs des foyers de soin sont extrêmement importantes pour tous les autres syndiqués, selonPatrick Colford, président de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Nouveau-Brunswick.

Ils tracent le chemin, dit-il, parce qu’ils sont les premiers syndiqués à négocier avec ce nouveau gouvernement.

Samuel LeBlanc en entrevueIl est fort possible que d'autres groupes de syndiqués finissent par faire la grève, selon Samuel LeBlanc, du Syndicat canadien de la fonction publique. Photo : Radio-Canada

Plusieurs autres syndicats qui ont entamé des négociations observent la situation. Ils regroupent des employés des services correctionnels, des buanderies dans les hôpitaux, des assistantes en éducation, par exemple, ou encore des sténographes judiciaires.

Que le gouvernement, dans son budget, continue de penser que de couper [les dépenses] c'est une bonne solution, il est complètement dans le champ par rapport à ça, estime Samuel LeBlanc.

Dans plusieurs catégories d'emplois, les conditions de travail se dégradent et de nombreux employés sont épuisés, explique-t-il.

D’après un reportage de Michel Corriveau

Nouveau-Brunswick

Politique provinciale