•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une pétition pour restreindre la distribution des publisacs à Montréal

Un camelot accroche un Publisac à l'entrée d'une maison, à Montréal.
La pétition en ligne qui demande d'amender le règlement sur la distribution des circulaires doit obtenir 15 000 signatures pour que des consultations publiques soient lancées. Photo: Radio-Canada / Martin Thibault
Radio-Canada

Les Montréalais qui ne veulent plus voir les publisacs s'accumuler devant leur porte peuvent désormais signer une pétition en ligne afin que la Ville mène une consultation publique sur la distribution des circulaires.

Après avoir essuyé un refus au début de janvier, l’instigateur de la pétition, Charles Montpetit, a reçu le feu vert de la Ville de Montréal, le 26 février dernier, pour récolter 15 000 signatures. Lancée mercredi, la pétition avait déjà obtenu l’appui de plus de 3700 personnes en soirée.

Selon le libellé, le projet de pétition demande de réviser le règlement afin que les publisacs soient déposés seulement devant les propriétés qui affichent un logo : celui d’une circulaire au centre d’un cercle bleu.

Si les consultations publiques aboutissent, les signataires demandent que l’emballage des fameux publisacs soit au cœur des discussions. La pétition propose de « faire remplacer tout sac de plastique pour circulaires par un emballage qui n’a pas à être séparé du contenu pour être recyclé ».

Si, dans les faits, le plastique et les circulaires peuvent être recyclés, le Publisac dans son ensemble ne peut pas être déposé au recyclage. Le sac doit être séparé du papier, ce que déplorent les instigateurs de la pétition.

Advenant que ces propositions soient adoptées, les signataires de la pétition suggèrent aussi qu’une amende soit imposée pour toute infraction au nouveau règlement.

Les citoyens ont jusqu’au 10 juin pour signer la pétition mise en ligne sur le site de la Ville de Montréal. Seules les personnes de plus de 15 ans qui vivent dans la métropole sont admissibles.

Près d’une douzaine de groupes environnementaux, dont Greenpeace et Équiterre, ont déjà affiché leur soutien au projet, plaidant que ces nouvelles mesures permettraient de mettre un terme à l’utilisation de « 900 000 sacs de plastique par semaine ».

Le distributeur du Publisac, l’entreprise TC Transcontinental, a manifesté mercredi son intention de participer aux audiences de cette consultation publique. L’imprimeur québécois défend son produit, qu’il juge « responsable sur le plan environnemental et apprécié par la très grande majorité des [ménages québécois]  ».

Dans un communiqué publié mercredi, TC Transcontinental dit « respecter le libre choix de ceux et celles qui ne veulent pas recevoir le Publisac » et les invite à contacter son service à la clientèle afin d’obtenir le pictogramme.

En ce qui a trait à l’emballage des circulaires, la compagnie soutient que « le sac et le contenu sont tous deux 100 % recyclables » et que les directives à cet égard sont indiquées à même le Publisac.

« À ce jour, le sac de plastique s’est avéré la meilleure solution dans notre climat, mais TC Transcontinental analyse différentes alternatives pour limiter davantage son impact environnemental », indique le communiqué.

L’entreprise avait déjà fait savoir qu’elle comptait participer aux audiences qui seront tenues par la Ville de Montréal dans le cadre de la révision de son Plan directeur de gestion des matières résiduelles, cette année. L’administration Plante avait assuré qu’elle comptait se pencher sur la question de la distribution des circulaires, après recommandation de la Commission sur les finances en novembre dernier.

Grand Montréal

Recyclage