•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À Bishop's, 2 % de plus sur le bulletin pour manifester pour le climat

Des élèves de l'École Mitchell-Montcalm se préparent pour la manifestation de vendredi, à Sherbrooke. Sur une pancarte, on peut lire : « Il n'y a pas de planète B »

Des élèves de l'École Mitchell-Montcalm se préparent pour la manifestation de vendredi, à Sherbrooke.

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Radio-Canada

Un professeur de l'Université Bishop's a trouvé un moyen créatif d'inciter ses étudiants à participer à la grande marche pour le climat prévue vendredi. Les étudiants en philosophie qui prendront part à la manifestation auront 2 % de plus sur leur note finale.

L’initiative vient de Bruce Gilbert, un des responsables de la mineure activism et social justice enseignée à l’établissement.

Il voulait inclure ça pour que le monde ait une expérience qui pourrait être très enrichissante et pour en apprendre un peu plus sur l’environnement, d’autant plus que c’est le but notre cours en ce moment, a révélé l’une de ses étudiants et organisatrice de la marche à Bishop’s, Arielle Beaupré.

Les étudiants de l’Université Bishop’s ne sont pas les seuls à avoir répondu à l’appel pour la grève mondiale pour le climat.

Le 15 mars, des milliers d’étudiants des universités, cégeps et écoles secondaires de la province délaisseront les bancs d’école pour manifester dans les rues.

Les étudiants de l’Université de Sherbrooke vont tenir une marche qui les mènera du campus universitaire vers l’hôtel de ville. Les organisateurs s’attendent à un défilé de plus de 2000 participants.

On est dans un très bon momentum en ce moment. On est vraiment sur une lancée et j’espère que ça va donner des résultats concrets et ambitieux pour avoir une planète plus en santé, a indiqué la coordonnatrice du mouvement La planète s'invite à l'Université de Sherbrooke, Ariane Drainville.

Une manifestation est aussi prévue dans le parc des Braves à Magog à 13 h.

Les écoles secondaires de la partie

Depuis mardi, les élèves de l'École Mitchell-Montcalm passent chaque matin un message à l'interphone de l'école.

« Vous trouvez les feuilles dans votre piscine encombrantes? Regardez la leur », peut-on lire sur une pancarte, où se retrouvent aussi des canards et des déchets, dont une brosse à dents et une boîte de conserve

« Vous trouvez les feuilles dans votre piscine encombrantes? Regardez la leur », peut-on lire sur une pancarte, où se retrouvent aussi des canards et des déchets

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Jeudi midi, ils ont tenu un kiosque d'information et confectionneront des pancartes sur la place publique de l'établissement. Ce vendredi, ils manifesteront en avant du pavillon Montcalm.

On est content parce que les personnes embarquent en connaissant le sujet, ils ne se lancent pas juste là-dedans pour participer à une manifestation, a expliqué l’initiateur du mouvement, Louis Burnotte. On répond aux questions des gens et ils sont convaincus de s’engager là-dedans.

On voit beaucoup dans les nouvelles que ça commence à s’aggraver et qu’on a besoin de trouver des solutions pour que ça s’améliore. En faisant des manifestations, on a des buts pour essayer d’améliorer ça pour le futur, a renchéri la présidente du conseil des élèves de Mitchell-Montclam, Nina Luz.

Une autre des pancartes réalisées par les élèves de l'École Mitchell-Montcalm : « Ensemble par amour pour la Terre », pour la marche de vendredi.

Une autre des pancartes réalisées par les élèves de l'École Mitchell-Montcalm : « Ensemble par amour pour la Terre »

Photo : Radio-Canada / Guylaine Charette

Pour leur part, les élèves du Salésien feront une chaîne humaine vendredi après-midi sur les rues Don Bosco et King Ouest.

Plus de 500 manifestations sont prévues dans une centaine de pays.

Il n’y a personne sur la planète qui peut se passer de ce qu’elle nous offre, en tant qu’abri, d’air qu’on respire, de nourriture et d’eau potable, ça touche tout le monde. C'est vraiment une ressource fondamentale qu’on a entre les mains et dont il faut prendre soin.

Ariane Drainville, coordonnatrice du mouvement la planète s'invite à l'Université de Sherbrooke
La jeune militante Greta Thunberg à Stockholm, en 2018.

Greta Thunberg

Photo : AFP/Getty Images / JONATHAN NACKSTRAND

Le mouvement a été initié par une jeune suédoise de 15 ans, Greta Thunberg. Depuis le mois d'août 2018, elle manifeste régulièrement devant le parlement suédois pour davantage d'actions concrètes contre les changements climatiques.

Elle a pris à partie les leaders mondiaux sur cette question lors de la COP24 en décembre, puis au Forum économique mondial de Davos en janvier.

Estrie

Environnement