•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une nouvelle étape pour un projet de logements abordables à Sudbury

De la neige devant un bâtiment en briques.
L’Association canadienne pour la santé mentale — Sudbury/Manitoulin prévoit d’importants travaux pour transformer cet édifice vacant de la rue Lourdes en logements « chaleureux et accueillants. » Photo: Radio-Canada / Justine Cohendet
Radio-Canada

L'Association canadienne pour la santé mentale - Sudbury/Manitoulin (ACSM-S/M) a tenu mercredi une séance d'information publique au sujet de la transformation de l'ancienne école Notre-Dame-de-Lourdes en édifice à logements.

L’association souhaite créer 38 à 48 nouveaux logements abordables dans l’immeuble vacant qui appartient à l’heure actuelle à la Ville du Grand Sudbury.

Une demande de changement de zonage pour permettre la construction des logements a été déposée en novembre.

Selon un communiqué de l’ACSM-S/M, la Municipalité prévoit de céder la propriété si la demande est approuvée par le Comité de planification.

Hailey Gaskin, travailleuse sociale pour l’ACSM-S/M, explique que la consultation de mercredi était une étape nécessaire du processus, permettant de recueillir les commentaires du public avant de poursuivre la planification du projet.

Une femme donnant une entrevue dans une salle communautaire.Hailey Gaskin raconte qu’il n’y aura pas de public cible précis pour les nouveaux logements si le projet va de l’avant. Photo : Radio-Canada

C’est pour permettre à tout le monde d'avoir accès à un logement abordable. , explique Hailey Gaskin, en ajoutant qu’il y a un important besoin pour ce type d’habitations dans le Grand Sudbury. Il n’y a pas de services attachés [à ces logements], précise-telle.

Le plan s’inscrit dans la deuxième étape du projet Home for Good pour lequel la Ville du Grand Sudbury a reçu des fonds du gouvernement ontarien.

L’association possède pour le moment trois édifices de logements abordables, qui hébergent un total de 40 personnes de façon temporaire ou permanente.

L’ASCM-S/M gère aussi la Maison de réduction des méfaits (MRM), qui offre des traitements contre la dépendance à l’alcool pour des sans-abri ou des personnes à risque d’être sans-abri.

Avec les informations de Justine Cohendet

Nord de l'Ontario

Pauvreté