•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Surpopulation : des parents de l'École des Beaux-Marais à la rencontre du ministre de l'Éducation

Des représentants de l'École des Beaux-Marais discutent avec le ministre Zach Churchill à Province House, à Halifax, le 13 mars 2019.

Ceux venus plaider en faveur de l'École des Beaux-Marais se sont entretenus mercredi avec le ministre de l'Éducation.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Radio-Canada

En Nouvelle-Écosse, pour une deuxième fois en deux semaines, des parents d'une école francophone se mobilisent pour demander une nouvelle école.

Au début du mois, les parents de l’École du Grand-Portage, à Lower Sackville dans la région d’Halifax, demandaient l’agrandissement de leur école, devenue trop petite pour le nombre d’élèves inscrits.

Cette fois, ce sont des parents de l'École des Beaux-Marais, dans la région acadienne de Chezzetcook. Ils demandent un nouvel établissement pour les élèves de la prématernelle à la 12e année.

L'École des Beaux-Marais, à Chezzetcook, le 13 mars 2019.

L'École des Beaux-Marais, à Chezzetcook en Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Les parents et la direction soutiennent que l’espace restreint et des infrastructures déficientes contraignent trop d’élèves à se diriger vers d’autres écoles, dans le système scolaire anglophone notamment.

Pour la directrice, Rebecca Bird, l’idéal pour les jeunes francophones de la région serait de grandir en français jusqu’à la 12e année.

Il y a 283 élèves inscrits cette année à l’École des Beaux-Marais, alors qu’on en comptait 80 il y a cinq ans. Le bâtiment est conçu pour recevoir 196 élèves du primaire.

Vous savez quand la langue se perd, une grande partie de la culture se perd aussi, relate Margie Comeau, la présidente du conseil d’établissement de l’École des Beaux-Marais. On voit l'école comme étant le dernier bastion, vraiment, pour pouvoir continuer, la bataille [...], pour pouvoir retenir la langue.

Martin Tremblay à Province House, à Halifax, le 13 mars 2019.

Martin Tremblay.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

Mercredi, un groupe de parents s'est rendu à l'Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, à Halifax, pour faire entendre ce message. Ils ont déposé une pétition de 800 signatures au nom de leur communauté.

On est très impatients. Ça fait environ quatre ans que notre groupe existe, ça fait quatre ans qu'on pousse, dit Martin Tremblay est membre du Comité d'action pour une nouvelle École des Beaux-Marais. Des gens avant moi sont venus ici, à l'Assemblée législative, parler au ministre et ça n'a rien donné. L'année passée, on avait quand même une bonne lancée, ça n'a rien donné. Là, cette année, on y va le tout pour le tout.

Zach Churchill dans un couloir de Province House le 13 mars 2019.

Zach Churchill, ministre de l'Éducation de la Nouvelle-Écosse.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Villeneuve

La délégation de Chezzetcook s’est entretenue une quinzaine de minutes avec le ministre de l'Éducation, Zach Churchill.

L'École des Beaux-Marais est absente du plan sur cinq ans de la province pour de nouvelles constructions d'écoles. C'est un plan sur cinq ans. Chaque année, nous annonçons nos priorités pour l'année qui s'ajoute, dit le ministre.

M. Churchill explique que dans les prochains mois, le ministère regardera où en est ce plan pour la prochaine année.

Liste des besoins critiques en infrastructures identifiés par le Conseil scolaire acadien provincial.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La liste du CSAP.

Photo : Radio-Canada

Pour prendre sa décision, la province se basera notamment sur une liste de besoins critiques en infrastructures rédigée par le Conseil scolaire acadien provincial (CSAP).

L'École des Beaux-Marais de Chezzetcook est en tête de liste. L'École du Grand-Portage, à Lower Sackville, est deuxième.

D’après le CSAP, les besoins de huit autres écoles francophones sont considérés comme urgents.

D’après un reportage d’Olivier Lefebvre

Nouvelle-Écosse

Francophonie