•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des voyageurs soulagés après la décision d'Ottawa de clouer au sol les Boeing 737 MAX

Le terminal de l'aéroport d'Ottawa est bondé de voyageurs.

Des voyageurs à l'aéroport d'Ottawa (Archives)

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

À l'aéroport international Macdonald-Cartier d'Ottawa, des voyageurs se sont dits rassurés par la décision du gouvernement fédéral de fermer le ciel canadien aux Boeing 737 MAX, trois jours après l'écrasement d'avion d'Ethiopian Airlines dans lequel 157 personnes, dont 18 Canadiens, ont péri.

C’est vraiment un gros soulagement parce que je ne savais pas sur quel type d’appareil j’allais être. Le fait que [jusqu’à ce matin] le Canada ne se joigne pas aux autres pays [pour interdire de vol les Boeing 737 MAX], ça me donnait des maux de tête, raconte Rosemary Opare en arrivant à l'aéroport avec sa fille.

Elle était inquiète à l'idée de prendre son vol pour le Congo, parce qu'elle pensait qu’il y avait un problème au niveau de la sécurité de ce Boeing et que le Canada n’agissait pas, dit-elle.

Le soulagement, c'est aussi ce que ressent Madison Ranta.

C’est probablement mieux d’être en sécurité, même s’il n’y a peut-être rien de problématique avec ce type d’appareil, croit-elle.

Le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, a annoncé mercredi qu'Ottawa bannissait de son espace aérien immédiatement et jusqu'à nouvel ordre les Boeing 737 MAX 8 et MAX 9, à la suite de l'accident tragique d'un de ces appareils dimanche en Éthiopie.

Cette décision a été prise par le gouvernement canadien après avoir reçu mercredi matin de nouvelles données concernant les circonstances de cet accident.

Habitué à prendre l'avion pour ses déplacements au Canada, Liam McPherson voit aussi cette décision d'un bon oeil.

Je pense que c’est une sage décision, parce que je pense qu’il y a un risque de laisser ces avions voler s’ils ne fonctionnaient pas correctement, explique-t-il.

Conseillère chez Voyage Lorraine Gatineau, Rachelle Lemire a décelé de la panique chez certains de ses clients, après l'écrasement d'avion du Boeing d'Ethiopian Airlines.

C’est la première fois en 20 ans que les gens appelaient pour savoir quel était le type d’appareil, raconte la conseillère.

Elle-même ne voudrait pas voler sur ce type d'appareil en ce moment.

L'interdiction de vol vise notamment 41 appareils Boeing 737 MAX exploités par des compagnies aériennes canadiennes (24 pour Air Canada, 13 pour WestJet et 4 pour Sunwing), mais s'applique également à tous les appareils étrangers de ce type souhaitant se rendre au Canada.

Avec les informations de Jean-François Poudrier et Josée Guérin

Ottawa-Gatineau

Écrasement d'avion