•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Genivar devra payer 4 M$ pour truquage d'appels d'offres municipaux

Des bureaux du Groupe WSP.
Des bureaux de l'entreprise WSP, anciennement connue sous le nom de Genivar. Photo: Groupe WSP/Facebook
Radio-Canada

La firme d'ingénierie WSP Canada, autrefois connue sous le nom de Genivar inc., devra payer 4 millions de dollars pour avoir participé à un système de truquage d'appels d'offres pour des contrats d'infrastructure municipaux au Québec, dont à Gatineau.

Le complot visait des contrats d’infrastructure dans les villes de Québec, Laval et Gatineau, et dans d’autres municipalités de la région de Montréal, peut-on lire dans le communiqué du Bureau de la concurrence.

Les infractions de Genivar remontent à la période allant de 2002 à 2011.

Le truquage des offres fait en sorte que le prix des biens et services augmente. Les 4 millions de dollars devront être versés au receveur général du Canada.

Ce règlement montre qu’il y a un gros prix à payer pour avoir truqué des offres. Nous continuerons de sévir contre tous ceux qui participent à des complots de truquage des offres.

Matthew Boswell, commissaire de la concurrence

Cet ordre met fin à l'enquête du Bureau de la concurrence sur le rôle de l’entreprise dans un complot de truquage des offres.

Cette même enquête avait permis de récupérer 1,9 million de dollars à la firme d'ingénierie Dessau qui avait également utilisé le truquage des offres pour obtenir des contrats.

Le montant réclamé s'ajoute aux sommes déjà reçues dans le cadre du Programme de remboursement volontaire du gouvernement du Québec. Il tient également compte de la mise en place d'un programme de prévention pour éviter que cela ne se reproduise au sein de WSP Canada.

Outre Dessau et Genivar, des dirigeants avaient été visés par les autorités, dont l'ex-directeur et vice-président adjoint de Dessau en Outaouais, Dave Boulay. Ce dernier a été condamné à six mois de détention à domicile et à six mois de couvre-feu en janvier dernier.

Trois autres accusés sont toujours devant les tribunaux dans ce dossier, soit l'ancien vice-président et associé de Cima+, André Mathieu, l'ancien directeur régional de l'Outaouais pour Genivar (aujourd'hui WSP Canada), Claude Marquis, et l'ancien vice-président régional de Dessau, Michel Famery.

Avec les informations de La Presse canadienne

Politique municipale

Économie