•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Effondrement du toit de la Légion royale canadienne à Mascouche

Une homme vêtu d'une veste de la Légion devant le bâtiment effondré

Il n'y a eu aucun signe avant-coureur dans les jours qui ont précédé l'effondrement, rapportent des responsables de la Légion royale canadienne.

Photo : Radio-Canada / Charles Contant

Radio-Canada

Le toit du siège de la section 120 de la Légion royale canadienne, dans Lanaudière, s'est effondré tôt mardi matin.

Au moment de l'effondrement, le bâtiment situé à Mascouche, sur le chemin des Anglais près de l’autoroute 640, était vide.

Des responsables de la Légion affirment qu’il n’y avait aucun signe avant-coureur – fissures dans les plafonds ou portes qui s’ouvrent mal – dans les jours précédents. Un entrepreneur devait toutefois venir enlever la neige sur le toit plus tard dans la journée de mardi.

C’est surtout la partie arrière de l’immeuble qui a été endommagée.

Les autorités ont été averties à 2 h 45 mardi que l’immeuble s’était effondré, indique Marisa Curcio, porte-parole de la Ville de Mascouche, et les pompiers se sont assurés que le bâtiment était vide et que personne n’était blessé.

Quelques heures plus tôt, le bâtiment était rempli de membres de la Légion, qui faisaient une partie de fléchettes. Les derniers sont partis vers 22 h, indique Marcel Rolland, un membre qui est aussi le concierge de l'immeuble. L’organisme sans but lucratif fondé en 1925 réunit des vétérans des corps policiers et des forces armées.

Énième effondrement

On ne compte plus les toits qui se sont écroulés sous le poids de la neige depuis quelques semaines, au nord de Montréal et ailleurs au Québec.

Les autorités recommandent aux propriétaires d’immeubles de vérifier leurs toits, en particulier les toits plats, et de les déblayer si possible.

Avec des informations de Verity Stevenson, de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Grand Montréal

Justice et faits divers