•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'installation de la carpe de roseau dans les Grands Lacs pourrait coûter des milliards de dollars aux économies locales

L'une des cinq espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau.
L'une des cinq espèces de carpe asiatique : la carpe de roseau Photo: iStock
Radio-Canada

Des experts mettent en garde contre les pertes de milliards de dollars pour les économies américaines et canadiennes si la carpe de roseau, une espèce aquatique envahissante de la famille de la carpe asiatique, s'installe pour de bon dans les Grands Lacs.

Un résumé des conclusions d'un rapport sur l'évaluation des risques socioéconomiques de la présence de cette espèce dans la région a été présenté mardi par Pêches et Océans Canada et le Centre des espèces envahissantes.

Selon l'auteur du rapport, l’économiste Salim Hader, l’invasion de la carpe de roseau causerait d’importants dommages à long terme non seulement à l’écosystème des Grands Lacs en éradiquant complètement certaines espèces de plantes aquatiques, endommageant ainsi les rives des lacs et en y troublant l’eau, mais aussi à l'économie.

L'espèce compétitionne notamment avec certains oiseaux pour la nourriture et détruit leur habitat. En tout, 18 espèces d’oiseaux seraient fortement impactées et 29 seraient modérément affectées par les carpes de roseau.

Un constat confirmé par Andreas Link, du ministère des Ressources naturelles et des Forêts de l'Ontario, qui souligne que les carpes de roseau ont le pouvoir de changer l'économie de la pêche commerciale et récréative de l'Ontario, qui amène 2,5 milliards de dollars en retombées pour la province annuellement.

C'est en particulier les milliards générés par la pêche récréative et commerciale qui pourraient notamment être perdus.

M. Hader prédit ainsi que ces pertes pourraient se chiffrer à 17,21 milliards de dollars dans ce domaine dans les 40 prochaines années aux États-Unis et au Canada.

Un poisson est sur une table. Un ruban à mesurer est placé au-dessus de lui.La carpe de roseau est moins dangereuse que d'autres types de carpes asiatiques, mais constitue un problème pour la végétation subaquatique. Photo : Fisheries and Oceans Department

Le lac Érié serait le plus touché

Selon le rapport, c'est en particulier le lac Érié qui serait victime de l'installation de la carpe, puisque c'est dans cette région que réside la quasi-totalité de la valeur de la pêche commerciale de tous les Grands Lacs, soit 92,8 %.

Cela représente environ 226 790 millions de dollars par année en retombées commerciales au Canada.

L'étude indique donc que la carpe mettrait en péril 1,69 milliard de dollars dans l’économie qui dépend du lac Érié dans les 10 prochaines années et 5,269 milliards dans les 40 prochaines années.

Cela fait plusieurs années que des experts et des instances gouvernementales américaines et canadiennes s'inquiètent des effets de l'invasion de ces espèces et se font l'avocat d'une approche plus proactive.

Les Grands Lacs en chiffres

  • 3500 espèces de plantes
  • 170 espèces de poissons et de mammifères
  • Approvisionnement d'environ 40 millions de personnes en eau
  • 3,32 milliards de dollars de retombées économiques au Canada
  • 9,29 milliards de dollars de retombées économiques aux États-Unis

Windsor

Industrie des pêches