•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de pouce pour l'industrie des fruits de mer à l'Île-du-Prince-Édouard

Un édifice de métal beige et gris, devant lequel des véhicules sont stationnés.
L'usine de transformation de fruits de mer Acadian Supreme, dans la région Évangéline, à l'Île-du-Prince-Édouard. Photo: Radio-Canada / François Pierre Dufault
François Pierre Dufault

L'industrie de la transformation des fruits de mer à l'Île-du-Prince-Édouard reçoit un coup de pouce des gouvernements fédéral et provincial.

Une aide financière d'environ 365 000 $ a été octroyée, mardi, à deux usines de transformation du comté de Prince et à un organisme qui veille à la promotion et à la commercialisation des fruits de mer de l'île.

Le financement a pour but de stimuler l'innovation et la productivité soit par l'achat de nouveaux équipements ou le développement de nouveaux produits.

L'argent provient du Fonds des pêches de l'Atlantique, mis sur pied par Ottawa en 2017.

Je crois que [l'innovation] est très importante. Il y a de nouveaux marchés [en Asie et en Europe] pour nos produits de la mer. Les entreprises [de transformation] veulent améliorer la qualité de leurs produits pour demeurer compétitives et faire plus d'argent, indique Jonathan Wilkinson, le ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne.

L'usine de transformation de fruits de mer Acadian Supreme­, qui emploie une centaine de travailleurs dans la région Évangéline, a reçu un peu plus de 65 000 $ de l'enveloppe annoncée mardi.

Nous avons apporté des améliorations à notre chauffoir, ce qui nous permet de cuire le homard à une température plus basse pour améliorer la qualité de nos produits, explique Jeff Malloy, le propriétaire d'Acadian Supreme. Ça nous permet de mieux respecter les exigences du British Retail Consortium, qui certifie nos produits et nous permet de les exporter au Royaume-Uni directement à nos consommateurs.

Le gouvernement fédéral doit fournir 70 % du financement et le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard, 30 %.

Île-du-Prince-Édouard

Industrie des pêches