•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Ottawa ferme le ciel canadien aux Boeing 737 MAX

Le reportage de Louis Blouin
Radio-Canada

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a finalement décidé mercredi de fermer l'espace aérien canadien aux appareils Boeing 737 MAX, en réaction à l'écrasement d'avion survenu dimanche en Éthiopie lors duquel 157 personnes ont perdu la vie, dont 18 Canadiens. De nombreux pays avaient, eux, pris la même décision mardi.

« Suivant les conseils des experts de l’aviation civile de Transports Canada, j’ai émis, à titre de mesure préventive, un avis de sécurité […] restreignant le décollage, l’atterrissage ou le survol de l’espace aérien canadien par tout vol commercial de passagers effectué par des appareils Boeing 737 MAX 8 et Boeing 737 MAX 9 exploités par tout transporteur aérien, canadien comme étranger », a déclaré le ministre Garneau.

Cet avis entre en vigueur immédiatement et sera en place jusqu’à nouvel ordre.

Le ministre des Transports, Marc Garneau

Quelques heures plus tard, les États-Unis ont eux aussi fermé leur espace aérien national à la nouvelle gamme des appareils de Boeing.

Le ministre Garneau dit avoir pris sa décision sur la foi d'informations nouvelles reçues mercredi matin.

Il a expliqué que des données radar satellitaires, reçues et analysées par les experts canadiens, avaient permis d’établir des similitudes entre la trajectoire de vol et les fluctuations d’altitude subies par le vol d’Ethiopian Airlines, dimanche dernier, et celui de Lion Air, qui s’est abîmé en mer en octobre dernier, en Indonésie, faisant 189 morts.

« Il y a des parallèles, a prudemment avancé l’ancien astronaute. Je ne dis pas que c’est concluant, mais il y a une ressemblance suffisante pour qu’on franchisse le seuil de précaution et pour qu’on prenne la décision que j’annonce ce matin. »

Selon une source très près du dossier et qui s'est confiée à CBC News sous le couvert de l'anonymat, c'est M. Garneau lui-même qui a appelé la secrétaire américaine aux Transports, Elaine Chao, pour lui annoncer la nouvelle. L'appel a eu lieu à 9 h 45, et Mme Chao n'a pas essayé de persuader le ministre de changer d'idée, explique la source.

Le Parti conservateur avait lui-même exigé du gouvernement, une heure plus tôt, qu'il ferme son espace aérien aux 737 MAX de Boeing en attendant d’avoir l’assurance que ces nouveaux appareils sont sécuritaires.

« Les Canadiens sont très préoccupés par ce qui se passe partout autour du monde actuellement, les décisions qui ont été prises par les alliés du Canada », a déclaré le député conservateur Luc Berthold.

Le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) abondait également en ce sens en insistant sur la prépondérance de la sécurité des Canadiens sur les impératifs économiques.

Déjà, plus de 40 pays ont bloqué ce modèle de leur espace aérien depuis l'écrasement, dont l'Agence européenne de sécurité aérienne, la Chine et l'Australie.

Des similitudes entre deux écrasements

Un capteur d’incidence (angle-of-attack sensor en anglais) qui mesure l’angle d’inclinaison de l’appareil était défectueux sur l’appareil de Lion Air, a expliqué M. Garneau. Il a ainsi transmis des informations erronées à l’ordinateur de bord. Ce dernier a cru que l’avion avait le nez trop relevé et que l’appareil était menacé de subir un décrochage.

Dans cette situation, l’ordinateur est programmé pour enclencher un système antidécrochage qui pousse automatiquement le nez de l’appareil vers le bas. Mais comme l’appareil n’était pas en difficulté, le système entraînait l’avion à sa perte.

Le pilote se battait avec le logiciel de l’avion. Pendant que le système de l’avion abaissait le nez, le pilote tentait de le relever.

Le ministre des Transports, Marc Garneau

Le pilote s’est avéré incapable de désactiver le système antidécrochage et l’avion s’est abîmé en mer au large de l’Indonésie.

« Il y a des similarités avec ce que l’on a examiné » sur le vol d’Ethiopian Airlines, a-t-il poursuivi. M. Garneau réitère que « ce n’est pas la preuve » que les deux écrasements ont une même cause. « Ça pourrait être autre chose », ajoute-t-il, en précisant qu’il fallait attendre l’analyse des boîtes noires de l’appareil pour connaître les causes de l’accident.

Pas plus tard que la veille, le ministre avait réitéré sa confiance envers les nouveaux avions de Boeing, en dépit des deux écrasements et des pressions faites par le Parti conservateur et le Nouveau Parti démocratique (NPD).

Interrogé sur la question de savoir pourquoi le Canada agissait maintenant alors que de nombreux pays ont pris la même décision mardi, le ministre a dit ne pas avoir voulu « sauter aux conclusions » ou agir sous le coup de l'émotion.

Il a aussi réfuté avoir subi de la pression de la part des États-Unis ou de Boeing pour maintenir son espace aérien ouvert à la nouvelle gamme d’appareils 737 MAX.

Quand on parle de sécurité, il n’est pas question de pression politique ou de tout autre facteur. C’est beaucoup trop important lorsque la vie des gens est en jeu.

Le ministre des Transports, Marc Garneau

Une décision difficile, mais nécessaire

Les transporteurs aériens Air Canada, Sunwing et WestJet ont indiqué, par communiqué, qu'ils se pliaient à la décision du gouvernement canadien.

Sunwing avait d'ailleurs décidé de clouer ses Boeing 737 MAX au sol avant même l'interdiction du ministre des Transports, faisant valoir « des raisons commerciales évolutives non liées à la sécurité, notamment les restrictions d'espace aérien imposées sur certaines de nos destinations partenaires ».

Le transporteur a ajouté que les quatre appareils retirés représentent moins de 10 % de sa flotte.

De son côté, Air Canada, qui possède 24 de ces appareils, a convenu que de telles décisions sont difficiles à prendre, mais qu’elles sont nécessaires pour maintenir la confiance du public dans l’aviation civile.

« Les 4000 pilotes d’Air Canada soutiennent la décision du ministre Garneau, qui a choisi d’être proactif et de prendre des mesures, comme l’ont fait d’autres pays, afin d’assurer la sécurité des voyageurs canadiens », a indiqué l'Association des pilotes d'Air Canada (APAC) par communiqué.

L’APAC a dit attendre avec impatience les conclusions de l’enquête de l’Organisation de l’aviation civile internationale sur l’écrasement du vol ET302 d’Ethiopian Airlines.

L'enquête transportée en France

À cette étape-ci, le contenu des boîtes noires retrouvées sur les lieux de l'écrasement doit être lu. Comme l'Éthiopie ne possède pas la technologie nécessaire pour y arriver, elles seront envoyées en France.

Elles avaient d'abord été envoyées en Allemagne, mais le bureau d'enquête sur les accidents aéronautiques du pays a indiqué ne pas avoir les moyens techniques de les examiner. « Nous n'allons pas analyser les boîtes noires, a déclaré un porte-parole. Nous n'en sommes pas capables. Elles ont un nouveau logiciel que nous ne pouvons pas lire. »

L'analyse des boîtes noires par le Bureau d'enquêtes et d'analyses pour la sécurité de l'aviation civile français permettra de répondre à plusieurs questions que se posent tous les acteurs de la sécurité aérienne dans le monde après l’écrasement de deux Boeing 737 MAX 8, des appareils flambant neufs, en moins de six mois et dans des circonstances similaires.

Avec les informations de l'Agence France-Presse et de La Presse canadienne

Politique fédérale

Politique