•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le conseil de West Vancouver met un frein au projet d’autobus B-Line

Des dizaines de manifestants brandissant des pancartes et tenant à la main des ballons rouges dénoncent un nouveau couloir d'autobus à West Vancouver.
Des manifestants dénoncent un nouveau couloir d'autobus à West Vancouver le 23 février 2019. Photo: Radio-Canada / Zahra Premji
Radio-Canada

Le conseil municipal de West Vancouver a décidé de laisser tomber une partie de son plan pour mettre en place une ligne d'autobus rapide traversant la ville pour se rendre jusqu'à North Vancouver.

Le trajet prévu pour la ligne d’autobus Marine-Main-B-Line devait relier le terminus Phibbs Exchange, à North Vancouver, au quartier Dundarave, à West Vancouver. Les conseillers de West Vancouver ont finalement voté pour qu’il s’arrête au centre commercial Park Royal, près de la frontière entre les deux villes.

Cette décision survient après plusieurs mois de manifestations des habitants de West Vancouver opposés au projet.

La mairesse Mary-Ann Booth explique que ce vote vise à apaiser les tensions, à la suite « d’attaques, d’actes d’intimidation et de critiques envers d’autres résidents » en faveur de la nouvelle ligne de transport en commun.

La décision du conseil municipal prévoit que la ligne Marine-Main-B-Line aille de l’avant, mais le projet devra être revu puisqu’il ne pourra plus compter sur des voies réservées aux autobus.

Opposition au projet

Cette ligne d’autobus rapide fait partie des quatre nouvelles lignes B-Line proposées par Translink, conçues pour offrir des trajets plus rapides et plus fiables.

Le projet Marine-Main-B-Line prévoyait le retrait de places de stationnement et d’une voie de circulation dans chaque direction sur Marine Drive, pour laisser place à une voie réservée aux autobus.

Les opposants craignaient que ces changements causent une augmentation du trafic et que les commerces du secteur aient plus de difficulté à attirer de la clientèle.

« Les gens de West Vancouver ne veulent pas que leurs routes soient fermées, soutient Nigel Malkin, qui a organisé une manifestation contre le projet de transport en commun le mois dernier. Ils ne veulent pas que des espaces de stationnement disparaissent du quartier commercial et les enfants ne veulent pas que des autobus articulés passent près de leurs écoles. »

De leur côté, les résidents favorables à la nouvelle ligne B-Line considéraient que le projet permettrait de mettre en place une option de transport plus rapide et encouragerait les gens à utiliser leur voiture moins souvent.

« Le transport en commun est essentiel pour l’avenir de nos communautés », dit Graham Garnett, qui soutient le projet.

Le conseil municipal de West Vancouver prévoit désormais étudier un nouveau rapport sur les autres options possibles pour ce projet dans 30 jours.

Avec des informations de Yvette Brend et Ryan Patrick Jones

Colombie-Britannique et Yukon

Politique municipale