•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des peintres de Toronto et de Montréal accusent une galerie de vol

Toile montrant un homme de dos portant seulement une serviette.
La toile « The bather » de David Goldberg a été vendue pour 7500 $, mais l'artiste n'a jamais été payé. Photo: David Goldberg / The Bather
Katherine Brulotte

Des peintres de Toronto et du Québec affirment avoir été floués par un galeriste qui aurait vendu leurs oeuvres sans jamais les payer.

Les artistes Sebastien Worsnip de Montréal et David Goldberg de Toronto ont tous les deux fait confiance au même galeriste torontois. Ils ont rencontré Steven Schwartz alors que celui-ci était propriétaire d'une galerie d'art dans le quartier de la distillerie de Toronto appelée Engine.

David Goldberg s'est entendu verbalement avec le galeriste pour lui remettre deux toiles. Celui-ci devait les exposer et éventuellement les vendre, puis lui remettre la moitié des recettes de la vente. L'artiste affirme que ce type d'entente, basé sur un système d'honneur, est courant dans le milieu.

Sebastien Worsnip a conclu le même genre d'entente, mais l'a toutefois inscrit dans un contrat.

Ça me semblait une galerie jeune, dynamique. J'étais très heureux de travailler à Toronto, c'est parfois difficile pour des artistes montréalais.

Sebastien Worsnip, artiste peintre

Rapidement, les deux artistes perdent la trace de Steven Schwartz. Leurs efforts pour le joindre par téléphone ou par courriel demeurent infructueux.

C'est la fille de David Goldberg, qui habite Toronto, qui retrouve le galeriste à Port Hope et décide de s'y rendre pour le confronter et récupérer les oeuvres de son père. Une fois sur place, Steven Schwartz aurait admis avoir vendu une des toiles, et aurait promis de contacter l'artiste pour lui payer sa part. Chose qui ne s'est jamais produite, déplore David Goldberg.

Toile abstraite aux divers tons de rouge, d'orangé et de doré. Toile abstraite de Sebastien Worsnip Photo : Sebastien Worsnip/Teign river

Lorsque David Goldberg découvre, de son côté, l'existence de la galerie de Port Hope, celle-ci est déjà fermée.

Steven Schwartz a été propriétaire d'une galerie portant le nom Engine à trois reprises :

  • Dans le quartier Queen Ouest à Toronto, de 2003 à 2008
  • Dans le quartier de la distillerie à Toronto, de 2008 à 2012
  • Sur la rue Walton à Port Hope, de 2014 à 2017

Il apprend toutefois, par un amateur de peinture, que ses oeuvres ont été exposées dans une autre galerie de la municipalité : Art Emporium, propriété de Robert Polutnik.

Le galeriste admet avoir vendu, en collaboration avec Steven Schwartz, la toile The bather de David Goldberg pour 7500 $. Steven Schwartz aurait reçu 6000 $ en argent comptant, et aurait promis de payer à l'artiste la moitié de cette somme.

Je n'avais aucune idée qu'il ne payait pas les artistes.

Robert Polutnik, propriétaire de la galerie Art Emporium

Steven Schwartz aurait même apposé le nom de l'artiste à l'arrière de la toile, puisque David Goldberg évite de signer ses oeuvres avant qu'elles n'aient trouvé preneurs. David Goldberg affirme avoir contacté les policiers de Port Hope qui lui auraient dit que sans contrat écrit, ses recours étaient épuisés.

Un homme sourit.Steven Schwartz était le propriétaire des galeries Engine de Toronto et de Port Hope. Photo : Facebook-Steven Schwartz

Steven Schwartz a refusé de répondre à nos questions à la caméra.

Dans un entretien téléphonique, il ne nie pas qu'il n'a pas payé ces artistes, mais soutient que ses galeries ont déclaré faillite et qu'il n'est plus responsable des anciennes possessions de ses entreprises.

Avec des informations de Nicole Brockbank et Chris Glover

Toronto

Arts