•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La venue de Michel Martelly contestée pour ses propos jugés misogynes

L'homme parle devant un micro.

Michel Martelly

Photo : AFP / THONY BELIZAIRE

Angie Landry

Une lettre envoyée au premier ministre Justin Trudeau demande l'annulation de la venue au Canada de l'artiste et ancien président haïtien Michel Martelly. On lui reproche entre autres d'inciter au viol et à la haine des femmes lors de ses spectacles.

« Au Canada et au Québec, est-ce que c’est le genre de discours que nous voulons entendre? »

C’est la question que se posent le sociologue Frédéric Boisrond et des membres de la communauté haïtienne de Montréal. Le 2 janvier dernier, il a écrit une lettre adressée au premier ministre du Canada, Justin Trudeau, visant à faire annuler la représentation du spectacle Sweet Micky: Black Tuxedo Affair prévu à Montréal le 22 mars prochain.

Frédéric Boisrond tenait ardemment à aviser le gouvernement que le discours que tient Michel Martelly (alias Sweet Micky) dans ses spectacles en était un misogyne, haineux et violent. Selon lui, l’ancien président d’Haïti fait l’apologie du viol des femmes.

L'homme porte un casque et se tient devant un micro de radio.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le sociologue Frédéric Boisrond

Photo : Radio-Canada / Olivier Lalande

La lettre, qui a formellement été reçue par le cabinet du premier ministre, a fait l’objet d’une attention particulière, estime M. Boisrond.

Ce dernier admet toutefois que Sweet Micky ne fait pas l’apologie du viol dans ses chansons. Cependant, certains exemples cités dans la lettre ouverte envoyée au premier ministre sont éloquents, croit Frédéric Boisrond.

De nombreuses insultes ont notamment été répertoriées par plusieurs journalistes, dont certains sont associés au quotidien français Libération, au journal britannique The Guardian et au magazine américain The Atlantic.

[Dans cette lettre], j’ai pris l’exemple d’un spectateur à New York qui lui avait demandé où était passé l’argent de PetroCaribe, ce scandale financier en Haïti. Il avait répondu à cette personne que s’il voulait savoir, il n’avait qu’à "fouiller dans les petites culottes de sa femme".

Frédéric Boisrond

Le sociologue ne manque pas de souligner que ce sont de tels propos qui sont dénoncés. « Sa réponse n’est jamais contre l’homme qui l’interpelle, mais contre la femme de cet homme-là », ajoute-t-il.

Des allégations réfutées

Le porte-parole de l’organisation Bass Mint Records, qui chapeaute la soirée prévue au Plaza Montréal, Bernier Sylvain, a réagi à l’envoi de cette lettre au gouvernement.

Ce dernier a reconnu qu’il s’agit d’un droit que de contester la venue de l’ancien président haïtien, mais que l’organisation possède à son tour le droit de tenir le spectacle.

Nous avons également le droit de penser autrement.

Bernier Sylvain

« Nous pensons qu’il s’agit d’un artiste très controversé, aimé par plusieurs, mais il y en a qui ne le voient pas d’un bon œil. Parce qu’il a été président, il y a l’aspect politique qui entre dans la question », ajoute-t-il.

Bernier Sylvain assure que la venue de Sweet Micky est vouée à « faire plaisir à bon nombre de gens ».

L'homme est en t-shirt devant une foule de supporteurs.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Michel Martelly est aussi connu comme le chanteur Sweet Micky. Il a aussi été élu président d'Haïti. Ici il est en campagne électorale le 25 novembre 2010

Photo : Getty Images / Joe Raedle

La dernière fois que Michel Martelly est venu au Canada, en 2017, « il y a eu salle comble au Métropolis », soutient-il.

En ce qui a trait aux propos discriminatoires tenus par l’ancien président, dont certains sont inscrits dans la lettre envoyée à Justin Trudeau en janvier, Berner Sylvain répond que l’organisation qui soutient le groupe Sweet Micky n’est pas « pour ce genre de propos non plus ».

Il n’a jamais été ce type de personne que l’on décrit. Dans le sens de discriminer les femmes? Non. Il peut, par exemple, jouer avec des mots pour stimuler, pour sensibiliser. Mais de la discrimination? Non, jamais.

Bernier Sylvain

Il ajoute d’ailleurs que dans le public au dernier concert donné par le groupe au Canada, on comptait davantage de femmes que d’hommes.

Ce dernier demande d’ailleurs pourquoi, en 2019, ces revendications sont mises en lumière.

Pour l’instant, la vente des billets pour le concert « roule assez bien », admet M. Sylvain. Il admet toutefois que l’organisation a du mal à comprendre la contestation. « Certains spectateurs ont causé des remous, à savoir s’il était possible qu’on les rembourse. »

L’organisation entend toutefois se soumettre à la décision du gouvernement canadien si ce dernier empêche Michel Martelly de se produire au Canada.

Ce n’est pas la première fois qu’on tente d’empêcher la venue de Michel Martelly au Québec.

Dans la foulée du procès pour meurtre d’O.J. Simpson, on a entre autres reproché à celui qui n’était pas encore président d’Haïti à l’époque d’être un fervent admirateur de l’ancien joueur de la NFL, et « d’inciter les hommes dont les femmes les trompaient à les tuer ».

Avec les informations de Catherine Richer, de l'émission Le 15-18

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Célébrités

Arts