•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le ZH Festival prépare sa prochaine édition

Un homme parle devant un micro.
Le kodak de mon arrière-grand-père d'Une autre compagnie de théâtre présenté au ZH Festival en 2018 Photo: Jules Bedard
Cecile Gladel

Après avoir fêté ses 10 ans en 2018, le ZH Festival, dans Hochelaga-Maisonneuve à Montréal, est en pleine préparation de sa prochaine édition.

Le festival, une véritable plaque tournante pour les arts du spectacle et les créateurs de la relève, présentera presque autant de soirées spectacles que lors des années précédentes, soit de 25 à 30.

La durée du festival avait été réduit l'an dernier à cause de la modification du volet musical. « Il y a beaucoup de festivals de musique en été, notre fonctionnement n’est pas le même. On n’est pas un bar ou un festival extérieur, mais on est là pour tester du matériel », explique la fondatrice et directrice générale et artistique du festival, Mellissa Larivière, aussi comédienne et créatrice.

ZH Festival est l'un des huit finalistes du Grand Prix du Conseil des arts de Montréal

Le choix des organisateurs pour monter la programmation s’annonce déchirant, puisque 257 projets ont été soumis pour l’édition 2019, qui se tiendra du 23 juillet au 17 août.

Cependant, le fait d'offrir des résidences de création nous permet de rencontrer et de découvrir plus d'artistes.

Mellissa Larivière

La fondatrice du festival ne veut pas se fier seulement à ce qu’elle aime. « Car si je ne me fie qu’à mes goûts, je ne découvre rien. Je pars toujours de la démarche de l’artiste et du sujet qu’il veut défendre. ZH doit intéresser tout le monde. Je suis plus à la recherche de l’artiste que du projet. Je veux une mixité de générations aussi. Des projets plus politiques, plus ludiques », mentionne Mellissa Larivière.

La surprise de la 10e édition

Ayant eu à travailler avec 500 $ pour le premier ZH Festival, Mellissa Larivière ne pensait pas fêter les 10 ans de son bébé. Elle l’a fait en constatant la place importante de cet événement dans le milieu culturel, que ce soit en théâtre, en musique, en danse ou en littérature. « On suit les projets des artistes. On crée des liens et des ponts, on est un facilitateur. C’est un espace pour dévoiler de nouveaux artistes et pour aller au bout d’une idée », explique Mellissa Larivière.

Une jeune femme aux cheveux frisés est souriante.Mellissa Larivière, du festival ZH Photo : Agence Denoncourt

Au fil des années, les organisateurs se sont aussi questionnés sur la pertinence de ce festival. « Les questions se sont plus posées lors des huitième et neuvième éditions. On a eu une remise en question. On s’est demandé si la structure était encore pertinente. Fallait-il changer? Puis, grâce aux artistes et à mes pairs, j’ai compris sa pertinence », raconte Mellissa Larivière, qui n'était à un moment plus certaine de continuer.

Les témoignages des artistes et leur reconnaissance ont permis au festival de continuer sa route. Les artistes ont pu aller au bout d’un projet en passant par ZH. C’est leur moment estival.

Mellissa Larivière

Sortir du centre-ville

Organiser un événement culturel à l’extérieur du centre-ville de Montréal, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, à l’est de la métropole, n’était pas gagné d’avance. « Pour nous, ç’a été un défi au départ. Mais je connais ce quartier, car j’y ai grandi », dit la fondatrice.

La présence de la maison de la culture Maisonneuve, où se déroule le festival, a été un bel atout. « Oui, les gens trouvaient que c’était loin. Notre défi était de ne pas passer pour des Robins des bois. Je n’avais pas envie qu’on soit un "festival dans un quartier défavorisé". Maintenant, les gens viennent en vélo, en Bixi, à pied, en métro », constate-t-elle avec plaisir.

Des collaborations pour contaminer d’autres quartiers

ZH Festival a conclu un partenariat avec Espace libre pour développer des projets dans Centre-Sud et dans l’est de Montréal. « Il faut y aller année par année. Pour l’instant, il y a de belles collaborations et de belles rencontres », dit Mellissa Larivière.

L’un des objectifs est aussi de créer des résidences à l’international.

Arts de la scène

Arts